Une maison explose dans l'Allier: trois gendarmes grièvement blessés et un suspect tué

"Attendait-il les gendarmes ?": une maison a été soufflée mercredi par une explosion d'origine encore indéterminée dans l'Allier, blessant grièvement trois gendarmes et tuant l'homme qu'ils étaient venus interpeller.

Les trois militaires "ont été grièvement blessés à la suite d'une explosion dans une maison dans laquelle ils étaient venus interpeller un individu, lui-même décédé", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Cusset Eric Neveu, en précisant que le pronostic vital de l'un des gendarmes était engagé.

Dépêchés dans la commune de La Chapelle, près de Vichy, les gendarmes sont entrés dans cette maison peu avant 13H00 mercredi pour procéder à l'interpellation et une explosion s'est produite "pour une raison indéterminée", a-t-il précisé.

L'homme décédé, âgé de 38 ans, était "très défavorablement connu des services de police", a poursuivi le procureur. Il devait être interpellé pour des menaces et outrages au personnel pénitentiaire, car il était sous régime probatoire.

"Attendait-il les gendarmes ? Avait-il prévu de se suicider en tuant des gendarmes ? Nous ignorons pour l'heure les circonstances exactes de cette explosion mais il y avait a priori des odeurs d'essence (lors de l'explosion). Le toit de la maison est entièrement détruit", a précisé M. Neveu.

"Cet individu avait proféré la veille des menaces à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique relevant du ministère de la Justice. À leur arrivée sur place, les gendarmes interpellent le mis en cause et remarquent alors une très forte odeur d’essence. Une violente explosion s’ensuit, embrasant l’habitation", a indiqué de son côté la préfecture de l'Allier.

- "Soutien" de Darmanin -

Deux gendarmes ont été évacués par hélicoptères vers le centre hospitalier de Lyon spécialisé dans les grands brûlés. Le troisième, plus légèrement atteint, a été transporté vers le centre hospitalier de Clermont-Ferrand, a indiqué la préfecture.

Trois autres gendarmes qui sont intervenus pour extraire leurs camarades de la maison ont été plus légèrement blessés, précise la préfecture selon laquelle sept gendarmes étaient présents au total.

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a indiqué que "sept gendarmes ont été blessés dont trois très grièvement", mais la préfecture maintient le chiffre de six blessés parmi les gendarmes.

Dans son message, le ministre a transmis "tout (s)on soutien" aux blessés.

Une enquête pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique" a été confiée à la section de recherches de gendarmerie de Clermont-Ferrand.

Le Service départemental d’incendie et de secours de l’Allier (Sdis 03) a déployé 57 hommes et 27 véhicules. La Gendarmerie a dépêché 13 militaires supplémentaires et des moyens de police technique et scientifique étaient en cours d’acheminement dans l'après-midi.

Un poste de commandement opérationnel (PCO) a été activé sur place en présence de la sous-préfète de l’arrondissement de Vichy, du substitut du procureur de la République de Cusset, de la colonelle de gendarmerie cheffe du groupement de Gendarmerie départementale et du Colonel chef de corps du Sdis .

Ce drame vient rappeler la mort de trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme voisin, dans des circonstances similaires, voici un peu plus de deux ans.

Dans la nuit du 22 au 23 décembre 2020, Frédérik L., 48 ans, avait tué près d'Ambert trois gendarmes et grièvement blessé un quatrième, tandis qu'ils intervenaient pour porter secours à la compagne du forcené.

Victime de violences conjugales, elle s'était alors réfugiée sur le toit de la maison familiale. Lourdement armé, l'homme avait incendié le bâtiment puis s'était enfui à bord de son véhicule, avant d'être retrouvé mort une arme à la main, à environ 1,5 kilomètre de son domicile.

cca/ag/sp