Mairie de Marseille: Samia Ghali se range derrière Benoît Payan

·2 min de lecture

C’est une semaine agitée à Marseille après la démission de Michèle Rubirola du poste de maire de la ville. Elle souhaite que son premier adjoint, Benoît Payan lui succède, au terme du vote du prochain conseil municipal de lundi 21 décembre. La dernière inconnue pour conserver une majorité absolue dans l’hémicycle était d’obtenir l’aval de Samia Ghali.

C’est la fin du suspense. Samia Ghali et ses colistiers se rangent du coté du Printemps marseillais, en acceptant la démission de Michèle Rubirola au profit de Benoît Payan.

►À lire aussi: France: la maire de Marseille, Michèle Rubirola, démissionne

Samia Ghali ne veut pas rejouer le scénario du premier conseil municipal de désignation du maire qui avait été marqué, on s’en souvient, par de nombreuses interruptions de séances et de longues négociations en privé pour dégager une majorité absolue dans l’hémicycle.

« Remettons de l’ordre dans tout ça »

« Je considère que les Marseillaises et les Marseillais étaient déjà en souffrance depuis trop longtemps et que la situation qu’ils n’ont pas choisi fait qu’elle nous oblige tous à la responsabilité. Et moi, je suis trop attachée à ma ville, trop attachée au fait que nous ne soyons pas la risée de la France, pour permettre tout simplement de ne pas rajouter du désordre à la situation, qui est effectivement un désordre », estime l'actuelle deuxième adjointe à la ville de Marseille.

« Quand on a un maire qui s’en va au bout de quelques mois, c’est un désordre. Donc, de fait, remettons de l’ordre dans tout ça », poursuit-elle. La droite marseillaise ne croyait pas de toute façon en ses chances de pouvoir gagner le fauteuil de maire sur tapis vert dans un improbable jeu d’alliance. Certains dans le camp LR s’interrogeaient même sur l’utilité de désigner un candidat de leur camp. Sauf coup de théâtre, Benoît Payan deviendra donc lundi, à 42 ans, le plus jeune maire de Marseille.