Les maires bientôt autorisés à fermer les bars trop bruyants : une réforme vue d'un "très mauvais œil" par les professionnels

franceinfo

"Donner le pouvoir au maire, je trouve ça très dangereux, je suis très inquiet", a réagi mardi 8 octobre sur franceinfo Marcel Benezet, président de la branche de café bar brasserie au sein du GNI (Groupement national des indépendants), alors que le projet de loi "Engagement et proximité" sera examiné à partir de mardi 8 octobre au Sénat. Il prévoit de donner plus de pouvoirs de police aux maires, qui pourront fermer un bar pendant maximum deux mois en cas de bruit, de trouble à l'ordre public.

"C'est le fait du prince, le clientélisme"

Un changement de compétence que Marcel Benezet voit d'un "très mauvais oeil" : "Le GNI s'y oppose totalement. C'est le fait du prince, c'est le clientélisme". Selon lui, "si le patron du bar est opposé à la liste du maire qui se représente, il a tout pouvoir de le fermer", évoquant les élections municipales de 2020. Marcel Benezet a peur des fermetures arbitraires. "Je voudrais que ça [la compétence] reste en préfecture. On est complètement remontés contre ça".

"Le problème de la sanction de la fermeture administrative, c'est qu'elle est souvent immédiate. Quand vous avez des problèmes d'hygiène, que ce soit fermé immédiatement, bien sûr, c'est normal", affirme-t-il.

Le coeur du village bat par un bistrot, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi