Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, quitte Les Républicains

Un mois avant la désignation du nouveau président des Républicains, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, annonce ce lundi qu'il quitte le parti Les Républicains. - Credit:MICHEL VIALA / MAXPPP / PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

L’élu annonce son retrait des Républicains auprès du « Figaro ». Il dénonce le « recroquevillement » et la « droitisation » du parti.

Avec le départ de Jean-Luc Moudenc, le parti Les Républicains ne dirige plus aucune des 20 plus grandes villes en France. À quelques semaines du congrès pour désigner un nouveau président, le maire de Toulouse a annoncé au Figaro, lundi 7 novembre, qu'il quittait le navire. « Je ne vais pas voter, j'ai décidé de me retirer des Républicains », a-t-il indiqué auprès du journal.

Membre du parti depuis 2002, l'élu toulousain a expliqué que son départ était le fruit d' « une réflexion ancienne ». « Ce scrutin me donne l'occasion de la concrétiser. Je le fais sans polémique, après avoir été un adhérent fidèle aussi longtemps que cela m'a été possible », a-t-il ajouté, affirmant avoir « prévenu Annie Genevard (présidente par intérim) et Aurélien Pradié, en sa qualité de leader régional, ce week-end, puis les responsables LR locaux ».

Son avenir se dessinera en 2027

Le maire de la quatrième ville de France a assuré « qu'il part sans amertume personnelle » et qu'il n'a aucun problème avec les trois candidats à la présidence LR : Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié. Il a expliqué son retrait du parti par le « recroquevillement » et la « droitisation » des Républicains.

À LIRE AUSSI Jean-Luc Moudenc : « LR a beaucoup vieilli et s'est beaucoup rabougri »

Si son départ est désormais acté, le maire de Toulouse ne compte pas rejoindre tout de suite une nouvelle famille politique. « Je deviens indépendant », a-t-il indiqué au journal La Dépêche du Midi. La prochai [...] Lire la suite

VIDÉO - Pourquoi l'élection à la présidence LR ne passionne pas les foules ?