Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc quitte LR et dénonce la « droitisation » du parti

© Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

« LR est dans une impasse », déplore Jean-Luc Moudenc . Le maire de Toulouse a annoncé qu’il quittait Les Républicains (LR). Interrogé sur l’élection du futur président de LR dans une interview au Figaro lundi, Jean-Luc Moudenc a indiqué qu’il ne voterait pas : « Je ne vais pas voter, j’ai décidé de me retirer des Républicains. » Il s’agit selon lui d’une « réflexion ancienne » qu’il a donc souhaité « concrétiser » à l’occasion de ce scrutin. « Je le fais sans polémique, après avoir été un adhérent fidèle aussi longtemps que cela m’a été possible », a-t-il glissé, affirmant au passage avoir déjà prévenu la cheffe par intérim du parti Annie Genevard ce week-end.

« Un positionnement très droitier »

Jean-Luc Moudenc a fait part plus en détail des raisons pour lesquelles il quitte LR. Auprès du Figaro, l’élu de droite a estimé que le parti n’avait pas su « gérer l’après-2012, l’après-Nicolas Sarkozy ». Avant de lancer : « Depuis, le parti s’est recroquevillé sur un positionnement très droitier », ayant poussé des électeurs de centre droit vers « le camp macroniste » sans pour autant « empêcher la dynamique du vote d’extrême droite ». Le maire de Toulouse a encore dénoncé « l’inefficacité » de la « stratégie de droitisation de LR ».

L’abandon du centre

Concernant la présidence de LR, Jean-Luc Moudenc ne s’est donc pas positionné pour un candidat en particulier : « Je considère que chacun détient une part de vérité, mais qu’aucun ne fédère suffisamment. » Mais il sent là encore q...


Lire la suite sur LeJDD