Une maire réunit son conseil municipal contre la consigne du gouvernement

Philippe Ardhuin, maire de Simiane-Collongue près d'Aix-en-Provence réunit son conseil municipal pour sa réélection, en dépit du report décidé par le gouvernement face au coronavirus

Marseille (AFP) - Le maire d'une petite commune des Bouches-du-Rhône a réuni vendredi son conseil municipal pour sa réélection, en dépit du report décidé par le gouvernement face au coronavirus, estimant que cela était "nécessaire" à la bonne administration de la ville de 5.000 habitants.

Dans une vidéo publiée sur Facebook, Philippe Ardhuin, maire de Simiane-Collongue, une commune située près d'Aix-en-Provence, explique n'avoir "reçu aucune directive officielle formalisée sur l'annulation de ce conseil municipal d'installation" et s'être tenu "à l'application stricte des textes de lois".

Vendredi à 11H00, 20 conseillers municipaux, installés à un mètre de distance, se sont ainsi réunis pendant 26 minutes pour élire le maire sortant, en l'absence de public, précise-t-il, confirmant une information du site d'information Marsactu.

"Chacun est venu librement puisqu’ils avaient la possibilité de rester chez eux et de donner procuration en fonction de leur situation et de leur état de santé", soutient M. Ardhuin.

La réunion s’est toutefois tenue en l’absence des élus des deux listes d'opposition. "Aucun élu de notre liste ne s’y est rendu car nous pensons que c’est faire fi de toutes les mesures de sécurité qui ont été mises en place" a réagi auprès de Marsactu, Nicolas Boullenger, membre de la liste "De Simiane à Collongue".

Des gels hydro-alcooliques ont été installés, les portes sont restées ouvertes "pour permettre une bonne ventilation de l’espace" et des gants ont été donnés aux assesseurs pour prévenir tous risques lors du dépouillement, détaille M. Ardhuin.

"Aucun rassemblement avant et après le conseil municipal n’a eu lieu, la police municipale était chargée de faire respecter cette règle stricte", ajoute-t-il.

L'édile assure que "la tenue de ce conseil était nécessaire à la bonne administration de la commune dans cette période d'épidémie: "En la maintenant, nous avons permis à notre collectivité de pouvoir gérer cette crise dans un cadre efficace et légal".

Jeudi, le gouvernement avait pourtant décidé in extremis de reporter les réunions de conseils municipaux élus au premier tour. Plus de 30.000 communes sont concernées et le mandat des équipes municipales sortantes prolongé au moins jusqu'à mi-mai.