Un maire impose le pass sanitaire aux agents municipaux : "Ce n'est pas un excès de zèle"

·1 min de lecture

Obligatoire depuis le 21 juillet dans les lieux (culture, loisirs, sports, salons…) accueillant plus de 50 personnes, le pass sanitaire a été étendu le 9 août à l'accès aux hôpitaux sauf urgences, aux bars et restaurants ou encore aux grands centres commerciaux sur décision préfectorale. Il s'imposera dès lundi aux salariés des lieux concernés. Invité d'Europe 1, vendredi, le maire de La Trinité, dans les Alpes-Maritimes, Ladislas Polski, qui va imposer ce dispositif à ses agents municipaux, justifie cette décision.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

"Nous sommes confrontés à une grande difficulté d'application de la loi. Nous ne sommes pas dans un excès de zèle ou dans une posture", se défend l'édile azuréen. "Seulement une loi a été promulguée le 7 août, suivie d'une circulaire le 11 août, qui définit les catégories de salariés qui sont censés être soumis ou non au pass sanitaire. Et dans une commune comme la notre de 10.000 habitants, qui compte environ 180 agents, ces mesures sont difficilement applicables." En effet, pour le maire, il ne paraît pas envisageable de distinguer les agents soumis à ce dispositif. "Ils sont polyvalents et sont en permanence en train de se remplacer. Et ils évoluent dans les mêmes salles de réunion", poursuit-il.

"Principe d'équité"

C'est la raison pour laquelle Ladislas Polski a choisi "le principe d'équité" et de mettre en œuvre ce pass pour tous les agents. Une décision qui, il l'admet, a provoqué quelques incompréhe...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles