Le maire d'une commune de l'Oise installé en Nouvelle-Calédonie depuis quatre mois

·1 min de lecture

L'affaire fait grand bruit dans la petite commune de Guignecourt, dans l'Oise. Selon la 1ère Nouvelle-Calédonie, un maire vit sur l'île depuis plus de quatre mois. Philippe Desirest continue pourtant de gérer ses administrés à plus de 17.000 kilomètres sans le moindre scrupule. Mais pour ces derniers, la situation a assez duré, et ils ont créé un collectif anonyme appelé "Collectif de la commune de Guignecourt" afin de dénoncer le départ de leur maire.

Car tout a commencé en début d'année, rappelait Le Courrier Picard. Philippe Desirest a déménagé à Nouméa avec sa femme et devait seulement y passer quelques semaines de vacances. Sa femme a obtenu une mutation, un départ imprévu, alors il a décidé de la suivre. Retraité, il a depuis continué de développer une activité "dans les hautes technologies", précisent nos confrères de la 1ère, et prendrait très à cœur son rôle de maire en faisant du télétravail. Face à la polémique, il a pourtant tenu à réagir. Pour lui, il n'y a pas de débat à avoir puisqu'il avait prévenu les habitants de sa commune, qui dit-il, "soit dit en passant, est une commune de 387 habitants, ce n’est pas non plus une commune extraordinaire." Ils apprécieront.

>> A lire aussi - Nouvelle-Calédonie : l’usine de nickel de Vale rachetée, Tesla partenaire

Il met en avant aussi le fait de travailler avec sa première adjointe : "Je travaille beaucoup en visio-conférence, j’ai même fait une réunion de conseil municipal pour approuver le budget." Cette dernière, Chantal (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réouverture des commerces le 19 mai : les grands centres commerciaux seront bien concernés
Covid-19 : l'Allemagne atteint un nouveau record de vaccination
Taux d’intérêt : “La Fed durcit sa communication… de façon douce”
Lot-et-Garonne : un premier cas de variant indien détecté
Les 8 départements dans lesquels le déconfinement pourrait être retardé