Maintien du changement d'heure : est-ce vraiment la faute du Covid-19 ?

·1 min de lecture

Deux fois par an, la mécanique est connue de tous, petits et grands : il faut "retarder" ou "avancer sa montre d'une heure" fin octobre et fin mars (il faut l'avancer, dans la nuit de samedi à dimanche), en raison d'un changement d'heure en vigueur depuis 1976 en France, avant une harmonisation européenne en 1980. Pourtant, en 2018, les députés européens ont demandé à la Commission européenne de lancer une "évaluation" détaillée du système, avec pour objectif à terme d'en finir avec cette pratique. Mais trois ans et l'adoption d'un projet de loi plus tard, la situation n'a pas bougé.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 27 mars

Discussions bloquées depuis 2019

Initialement, après l'adoption du projet de loi pour abolir le changement d'heure saisonnier en mars 2019, chaque pays avait jusqu'à avril 2020 pour décider quelle heure il souhaitait garder. Le projet de loi a pourtant été bloqué au niveau du Conseil de l'Union européenne, qui ne l'a pas adopté. La crise du coronavirus, qui a éclaté au printemps 2020, a relégué à plus tard cette question pourtant essentielle pour notre rythme biologique, l'agriculture et l'environnement.

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Covid-19 : y a-t-il réellement un risque de contamination en extérieur ?

> Coronavirus : pourquoi un test PCR peut-il être positif un mois après une infection ?

> Les fêtes privées sont-elles vraiment interdites avec le couvre-feu ?

> Le variant anglais engendrerait des symptômes un peu...


Lire la suite sur Europe1