Et maintenant une surproduction de masques en France !

·1 min de lecture

La France est passée de la pénurie à la surproduction de masque. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les fabricants de masques ont pris le pli et se sont mis en marche forcée pour couvrir les visages de tous les Français. La production a été multipliée par trente depuis le début de la crise, mais comme le rapporte BFM Business lundi 31 mai, ceux qui ont beaucoup investi dans ce secteur sont désormais inquiets alors que la fin de la pandémie semble approcher.

Certaines entreprises ont en effet entrepris des investissements massifs pour répondre au besoin de masques. Kolmi Hopen et Valmy, par exemple, qui sont historiquement implantés sur le secteur ont chacune investi 10 millions d’euros et embauché des centaines de salariés en CDD pour faire face à la demande. L’usine de Kolmi Hopen, filiale du groupe canadien Medicom située dans le Maine-et-Loire a déjà réduit la voilure de sa production depuis que le gouvernement a annoncé que la fin de l’obligation du port du masque en extérieur approchait.

La société est passée d’une production quotidienne de 3,5 millions de masques à 3 millions et prévoit de réduire jusqu’à 500.000 d’ici la fin de l’année 2021. "Les commandes et appels d’offres se sont taris", constate Gérard Heuliez, patron de l’entreprise, dans les colonnes du Figaro.

L’export devient inéluctable pour d’autres sociétés françaises. Les masques "made in France" peinent cependant à être compétitifs car ils sont en moyenne 20% à 30% plus chers que les produits chinois. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'inflation bondit en Allemagne, envolée des prix de l'énergie
Les Etats-Unis auraient espionné la France et l’Allemagne via le Danemark, “extrêmement grave” selon Clément Beaune
La grosse bourde de soldats américains sur les armes nucléaires cachées en Europe
Covid-19 : l'exécutif va "avancer" sur la vaccination des adolescents et la campagne estivale
La manipulation discrète de Google pour empêcher les utilisateurs d’Android d’avoir la main sur leurs données