«Maintenant, je peux vraiment établir un projet de vie»

Libération.fr

Brigitte et Denis font partie des trois personnes tirées au sort par l’association Mon revenu de base pour recevoir 1 000 euros par mois pendant un an. Ils reviennent sur cette initiative.

Libération a pu recueillir la parole de deux des trois lauréats qui vont tester le revenu de base pendant une année en recevant 1 000 euros par mois. C’est la première fois qu’ils acceptent de parler publiquement. Parce qu’ils craignent d’être contactés par de nombreux autres médias, mais aussi pour pouvoir s’exprimer librement sur ce qui leur arrive, ils ont demandé à apparaître sous des prénoms d’emprunt.

Brigitte est l’une d’eux. Elle a 53 ans et vit en Bretagne chez son compagnon. Vendeuse en maroquinerie, elle a un CDI de 28 heures par semaine : «Je n’ai pas pu trouver un contrat avec plus d’heures.» Avant, Brigitte habitait dans le nord de la France. Mais elle n’avait plus d’emploi : «Je n’ai jamais pu en retrouver.» Sans attache, elle décide alors de se rapprocher de sa fille, qui vit en Bretagne. «Je ne roule pas sur l’or. Je gagne entre 920 et 930 euros, plus la prime d’activité tous les trois mois, soit environ 108 euros en plus.» La première fois que Brigitte entend parler de l’expérimentation du revenu de base, c’est en écoutant France Bleu : «Je me suis inscrite sur le site sans vraiment y croire. Quand j’ai appris dans un mail que j’avais été tirée au sort, j’ai pensé que c’était encore une arnaque sur Internet. Ça m’a trotté dans la tête. Je suis allée sur la page Facebook de l’association et le résultat du tirage était annoncé avec mon numéro comme gagnant.» Elle savoure le «coup de bol d’avoir été tirée au sort parmi près de 80 000 personnes».

«Les temps sont durs». L’heureuse lauréate ne va pas pour autant changer de mode de vie. «Je ne suis pas du genre à m’acheter plein de choses. Je ne voyage jamais.» Brigitte préfère mettre de côté les 1 000 euros versés chaque début de mois pendant un an par l’association Mon revenu de base, en cas d’imprévus : «Si jamais j’ai (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Chronique «Terre d’actions»
44
Revenu de base L’idée passe aux cash-tests
Agriculture : Nicolas Hulot boude pour que Matignon bouge
Maison Home, smart home ? Objets connectés Les fausses bonnes idées Vêtements Victime de la mode Nuit Les visions de Mmesommeil Chien Animal, on est mal Sextoys intime connexion