Tags sur le Mémorial de la Shoah à Paris : indignation contre un acte de "profanation"

Emmanuel Macron a dénoncé mardi "l'atteinte à la mémoire" des victimes de la Shoah et des Justes et promis une République "inflexible face à l'odieux antisémitisme" après que des mains rouges ont été taguées sur le "Mur des Justes" à l'extérieur du Mémorial de la Shoah à Paris. Dans la soirée, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à l'extérieur de l'édifice pour dénoncer un acte de "profanation".

Des mains rouges ont été taguées sur le "Mur des Justes" à l'extérieur du Mémorial de la Shoah et sur plusieurs bâtiments du quartier historique juif à Paris, incitant les autorités municipales à saisir la justice mardi 14 mai.

"Dans la nuit du 13 au 14 mai, des individus cagoulés ont dégradé le 'Mur des Justes' ainsi que d'autres lieux du quartier", a affirmé dans un communiqué le Mémorial de la Shoah qui précise avoir déposé plainte.

"Des mains rouge-sang ont été peintes" sur ce mur où sont apposées des plaques listant les 3 900 hommes et femmes qui ont contribué à sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a détaillé de son côté le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Yonathan Arfi dans un message sur X, dénonçant un acte "abject".

"Dégrader le Mur des Justes parmi les Nations, barrage des Lumières contre le nazisme, c'est porter atteinte à la mémoire de ces héros comme à celle des victimes de la Shoah", a déclaré le président Emmanuel Macron sur X. "La République, comme toujours, demeurera inflexible face à l'odieux antisémitisme", a-t-ajouté.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
La France a enregistré "366 faits antisémites" au premier trimestre 2024, annonce Gabriel Attal
En France, les crimes et délits racistes, xénophobes ou antireligieux ont augmenté de 32 % en 2023
"Il manquait un monument pour eux" : une nouvelle œuvre virtuelle au Mémorial de la Shoah