Maine-et-Loire: soupçonné d'abus de confiance, le maire de Cholet présenté à un juge

Gilles Bourdouleix, député-maire UDI du Maine-et-Loire - -
Gilles Bourdouleix, député-maire UDI du Maine-et-Loire - -

Après l'annonce, ce mardi, de l'interpellation du maire de Cholet, le motif de sa garde à vue était resté secret. Le procureur de la République d'Angers, Éric Bouillard, a finalement levé le voile ce mercredi soir, lors d'une conférence de presse. "Quatre personnes ont été placées en garde à vue hier (mardi, ndlr) matin", a-t-il annoncé.

Pour Gilles Bourdouleix, les infractions visées sont "abus de confiance, recel de biens sociaux et travail par dissimulation partielle d'activité", a détaillé le procureur.

Son épouse a été interpellée pour "recel d'abus de confiance et recel de biens sociaux" tandis que ses deux anciens adjoints sont suspectés de "complicité et abus de confiance".

"Un préjudice de plusieurs dizaines de milliers d'euros"

Les enquêteurs de la police judiciaire ont découvert qu'une somme supérieure à 200.000 euros avait été versée, il y a quelques années, au micro-parti de Gilles Bourdouleix. Ces fonds "auraient ensuite été utilisés pour alimenter les comptes personnels de Gilles Bourdouleix, notamment un versement de 45.000 euros qui lui a permis de rembourser un prêt personnel", a développé Éric Bouillard.

Le procureur souligne également que "plusieurs versements litigieux" ont été relevés, "pour un préjudice de plusieurs dizaines de milliers d'euros au total si les présomptions se confirment".

Gilles Bourdouleix a "partiellement reconnu les faits qui lui sont reprochés. Son ancien adjoint a lui aussi reconnu la matérialité des faits. Les deux autres personnes se défendent quant à elles en disant ne pas avoir véritablement pris conscience de ce qui se passait. Ce sera à l’enquête de le déterminer", a précisé Éric Bouillard.

Il a fallu plus de six mois aux enquêteurs pour recueillir les éléments qui ont conduit au placement en garde à vue des quatre suspects. Ils ont "avancé à bas bruit, non pas pour cacher quoi que ce soit, mais parce que l'enquête nécessitait des investigations documentaires, bancaires".

"Pas d'amalgame entre les différents dossiers"

Les soupçons sont apparus alors que les policiers enquêtaient déjà sur le maire de Cholet, dans le cadre d'autres affaires judiciaires le visant. Trois enquêtes préliminaires, confiées à la police judiciaire d'Angers, ont en effet été ouvertes en 2021 concernant Gilles Bourdouleix pour concussion, prise illégale d'intérêt, infractions à la réglementation sur les armes ainsi que faux et usage de faux. La garde à vue déclenchée mardi matin intervient donc dans un dossier distinct des trois précédents.

"Il ne faut pas faire d’amalgame entre les différents dossiers", a insisté le procureur durant sa conférence.

Ce mercredi soir, la garde à vue de Gilles Bourdouleix a été levée en vue de son déferrement devant un juge. Le parquet a requis sa mise en examen ainsi que son placement sous contrôle judiciaire.

Article original publié sur BFMTV.com