Maine-et-Loire : une mère de 41 ans mise en examen pour avoir tué ses deux nouveau-nés

Un gendarme (illustration) - DENIS CHARLET / AFP
Un gendarme (illustration) - DENIS CHARLET / AFP

Les corps de ces deux nouveaux-né ont été découverts dans des sacs plastiques dissimulés sous des tas de bois par les nouveaux propriétaires de la maison de cette mère de famille.

Les deux enfants sont nés à terme et étaient viables. Une femme de 41 ans a été mise en examen ce jeudi pour "meurtres sur mineur de 15 ans par ascendant" après la découverte du corps de deux nouveaux-nés dans un jardin à Ombrée d'Anjou, dans le Maine-et-Loire, a appris BFMTV.com auprès du procureur d'Angers.

Le 19 février dernier, les nouveaux propriétaires d'une maison dans cette commune de près de 9000 habitants font une macabre découverte: deux corps de nouveau-nés enveloppés dans des sacs plastiques et recouverts d'un tas de bois. Une enquête est ouverte et les investigations sont confiées à la brigade de recherche de Segré.

Les analyses menées dans le cadre de cette enquête établissent que les deux nourrissons sont nés à terme, de deux grossesses distinctes dont la date reste à déterminer. Les techniques utilisées permettent d'établir que les enfants étaient nés viables. Toutefois l'état du corps ne permet pas d'assurer qu'ils ont vécu.

Accouchement à domicile

Rapidement, l'enquête se dirige vers les anciens propriétaires du terrain qui ont passé une dizaine d'années dans cette maison. Les analyses ADN vont, dans un premier temps, établir que l'ancienne habitante peut être la mère des deux enfants. Cette piste sera confirmée alors que l'ADN de son ex-mari va correspondre.

Placée en garde à vue ce mardi, cette femme de 41 ans, déjà mère d'une fille d'une vingtaine d'années avec son ancien compagnon, va reconnaître avoir donné naissance aux deux enfants. Elle va expliquer aux gendarmes avoir accouché seule à son domicile. Elle a également indiqué avoir fait deux dénis de grossesse, explications qui ne semblent pas convaincre la justice.

Des gestes qui peuvent correspondre à un étouffement

Elle décrit surtout que ses enfants ont pleuré avant qu'elle les "serre très fort dans ses bras". "Elle a décrit des gestes qui peuvent correspondre à un étouffement", commente le procureur d'Angers.

Constatant dans les deux cas la mort des enfants, elle dit avoir mis leur corps dans un sac avant de les dissimuler là où ils ont été découverts.

La quadragénaire a justifié ses gestes, expliquant qu'elle ne savait pas comment accueillir ses deux nourrissons dans son foyer alors que son conjoint de l'époque avait indiqué ne plus vouloir d'enfant. Ce dernier a été mis hors de cause dans la mort des deux nouveaux-nés.

À l'issue de sa garde à vue, la mère de famille a été mise en examen pour "meurtres sur mineurs de 15 ans par ascendant". Le juge d'instruction l'a placée sous contrôle judiciaire contre l'avis du parquet qui avait requis un placement en détention provisoire. Le parquet a fait appel de la décision du juge. Cette femme, qui ne vit plus dans le Maine-et-Loire, était inconnue de la justice.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Marche blanche pour Emma, l'adolescente tuée par son petit ami

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles