La main de l'extrême-droite radicale dans l'affaire des noyés de la Deûle

Libération.fr
Le 6 mars 2011 à Lille, marche silencieuse en hommage à John Ani, Thomas Ducroo, et Jean-Mériadec Le Tarnec, trois jeunes hommes dont les corps ont été retrouvés dans le canal de la Deûle.

Le guitariste d'un groupe de punk-rock avait été retrouvé noyé dans la Deûle à hauteur de Loos (Nord) il y a un peu plus de cinq ans. Affaire classée sans suite. En réalité, le musicien aurait été passé à tabac par un groupe de skinheads.

L’affaire avait été classée sans suite. Un suicide, pensaient alors les enquêteurs. Hervé Rybarczyk, guitariste des Ashtones, groupe lillois de punk-rock, avait été retrouvé mort dans le canal de la Deûle, en novembre 2011. En fait, il a sans doute été passé à tabac par un groupe de skinheads. La semaine dernière, trois membres de l’extrême droite radicale ont été mis en examen pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme», une information révélée ce mercredi par la Voix du Nord. Ces arrestations se sont tenues après le démantèlement d’une bande de l’ultradroite en Picardie, jugée en mars dernier à Amiens pour une série d’agressions. «C’est l’un d’eux qui a dû parler, soit par trouille, soit par bêtise», estime un proche du musicien.

Il n’a pas été surpris de ces mises en examen. «Je savais qu’il ne s’était pas suicidé, explique-t-il. Par des fuites, j’avais appris qu’il avait le visage amoché quand on l’a retrouvé. Ce ne pouvait être qu’une agression.» Il ne comprend toujours pas pourquoi l’enquête a été stoppée nette. La PJ n’a même jamais été saisie. Certes, le groupe avait déjà été éprouvé par une mort violente, quelques mois auparavant : leur autre guitariste avait été tué par une balle perdue de chasseur, alors qu’il conduisait le van sur l’autoroute de Dijon, au retour d’une date à Marseille. Les policiers ne sont pas allés chercher plus loin.

Croque-mitaine des fêtards

Pourtant, le contexte de l’époque était tendu, à Lille. La Deûle était devenue le croque-mitaine des fêtards : quatre hommes y avaient perdu la vie, entre octobre 2010 et septembre 2011, après une nuit arrosée. John Ani, 33 ans, opérateur technique chez SFR, Thomas (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

«L’ignorance» de Le Pen sur l’euro ne lui «permet pas» d’être présidente dit Hollande
Barack Obama soutient Macron pour de bon
Infléchi pour Le Pen, inchangé pour Macron, des programmes toujours opposés
Du «FN de papa» à «Basse du front», Marine Le Pen à la une de «Libé»
Le Pen: un projet «non seulement incohérent mais dangereux» dit Hollande

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages