Maily Nicar «Pour les non- boxeuses, je suis trop masculine»

Libération.fr

Française, 25 ans.

Double championne de France de boxe moins de 69 kilos. Vice-championne d’Europe moins de 75 kilos.

«Les femmes ne sont acceptées dans la boxe que depuis une vingtaine d’années, avec l’ouverture des compétitions en 1999. Mais nous percevons la même prime que les hommes. Les réflexions liées à mon sport sont plutôt sur le ton de la blague : "Ah ? Tu es boxeuse ? Alors je ne vais pas commencer à te taper !" Un jour où j’affrontais un homme sur le ring, son entraîneur me dit : "J’ai peur pour toi." Comme s’il était évident qu’il allait me dominer ! Mais les choses les plus désagréables à entendre proviennent des femmes elles-mêmes, des non-boxeuses évidemment. Elles me disent : "Tu n’es pas assez fine et trop musclée." Pour elles, je suis trop masculine !

Dans ce sport, on parle beaucoup du physique, des blessures, de toutes les traces que nous laissent les combats. Parfois j’entends : "Tu n’as pas de cicatrice au visage. C’est bizarre. Ça veut dire que tu ne dois pas bien boxer !" La blessure fait peur. Mes parents sont inquiets que je boxe. Mais c’est parce que je suis leur fille, pas parce que je suis une femme en tant que telle. J’assume le fait de ne pas avoir envie d’être blessée.»

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Katerina Belkina «Je n’arrive pas à vivre assez de mon sport, mais je vis pour ça»
Valeria v. «En haltérophilie, les filles forment comme une famille»
Draka
Sexisme Etre athlète dans un milieu d’hommes, c’est du sport
Lori Ramirez «on dit que les femmes qui font du rugby sont des "bonhommes"»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages