Le Magnifique (C8) : pourquoi Francis Veber a demandé à ce que son nom soit retiré du générique

·1 min de lecture

Au début des années 70, Jean-Paul Belmondo est en pleine gloire. La figure de la Nouvelle Vague, révélée par Jean-Luc Godard et À bout de souffle, est devenu un comédien bondissant, une figure de l'homme charmeur et viril, enquillant les succès au box-office, sans coup férir. Quand il s'engage sur Le Magnifique, il sort de véritables cartons populaires comme Borsalino (4,7 millions d'entrées) ou Le Casse (4,4 millions d'entrées). Il y retrouve l'un de ses cinéastes fétiches, Philippe de Broca, qui lui a déjà porté chance avec Cartouche, L'homme de Rio ou Les tribulations d'un Chinois en Chine. En réaction au cinéma américain et asiatique de l'époque (le premier Inspecteur Harry, Opération Dragon avec Bruce Lee) usant abondamment de la violence, De Broca veut réaliser une comédie d'action, légère et burlesque. Il dirige un Bébel éblouissant en François Merlin, modeste auteur d'une série de romans d'espionnage qui se glisse dans la peau de son flamboyant héros, Bob Saint-Clar, un agent secret invincible et très séduisant.

Pour écrire ce Magnifique appelé à tutoyer les cimes du box-office, la production fait appel à un certain Francis Veber. À l'époque, le futur réalisateur du Dîner de Cons n'est encore que scénariste : il vient d'enchaîner les scripts du Grand blond avec une chaussure noire d'Yves Robert et de L'emmerdeur d'Édouard Molinaro. Pourtant, quand le producteur Alexandre Mnouchkine présente le scénario de Veber à De Broca, celui-ci est loin d'être impressionné. S'il est (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Sommersby (Arte) : Jodie Foster rencontre son grand amour, Richard Gere sauve des animaux de la noyade… Les coulisses du tournage
Bridget Jones Baby (TF1) : vers un 4e film ? Ce n'est pas une mauvaise idée !
Charlotte de Turckheim : ses rares confidences sur sa vie dans le Sud avec son mari et toute sa famille
Mort de Dennis Berry : le réalisateur et acteur est décédé à Paris à l'âge de 76 ans
Quand j'étais chanteur (Salto) : un personnage bien réel, Gérard Depardieu chanteur... Les secrets du film de Xavier Giannoli

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles