Une magistrate organise un faux mariage pour se venger de son ex-compagnon

·1 min de lecture
Une magistrate a été mise à la retraite d'office mi-mars par le Conseil supérieur de la magistrature après avoir organisé un faux mariage pour nuire à son ex-conjoint.
Une magistrate a été mise à la retraite d'office mi-mars par le Conseil supérieur de la magistrature après avoir organisé un faux mariage pour nuire à son ex-conjoint.

« L'enfer ne contient pas plus de furie qu'une femme dédaignée. » La citation des frères Marks pourrait s'appliquer à l'étrange affaire qui a abouti, le 18 mars, à la mise à la retraite d'office d'une magistrate, coupable d'avoir organisé un faux mariage pour nuire à son ex-conjoint en l'empêchant de se remarier, rapporte Le Monde.

La sanction est donc l'épilogue d'une relation de vingt-huit ans entre la vice-présidente chargée du tribunal de proximité de Colombes (Hauts-de-Seine) et son compagnon, avocat de profession. Cette mère de quatre enfants avait obtenu, en 2017, sa mutation à La Réunion, où devait la rejoindre son conjoint. Mais celui-ci lui a alors révélé qu'il souhaitait la quitter et avait entamé une relation avec une de leurs amies.

La magistrate n'a apparemment pas toléré l'idée que son désormais ex-conjoint puisse se marier. Elle a donc organisé et mis en scène un faux premier mariage. D'abord sur le papier, en subtilisant le passeport de l'avocat afin d'obtenir les documents nécessaires à la publication des bans. Le jour de la noce, c'est son beau-frère qui a fait office de faux mari et l'une des filles du couple a accepté d'être témoin.

Un « plan minutieux »

C'est par le bouche-à-oreille que l'ex-conjoint apprendra qu'il est officiellement marié, après le retour de la juge en métropole. Sur le plan disciplinaire, l'affaire a été portée devant le Conseil supérieur de la magistrature, qui a considéré que, « loin d'un passage à l'acte isolé ou d [...] Lire la suite