Magiciens, sorciers ou chamanes : à la croisée des sciences et des croyances

·2 min de lecture

Au Muséum de Toulouse, l’exposition "Magies Sorcelleries" explore les liens complexes entre la science, la religion, le folklore ou les rites sacrés. Galilée et Copernic y côtoient l'illusioniste Robert-Houdin ou les chamanes du Venezuela.

Un couloir en sous-sol. On passe sous de lourdes tentures rouges, dans un décor forestier plongé dans la pénombre. Et soudain, babines retroussées, regard menaçant, un loup. Empaillé, le loup. Ce cadre un tantinet occulte, sert d’entrée en matière à l’exposition "Magies Sorcelleries" du Muséum de Toulouse, coproduite avec le Musée des Confluences de Lyon. Sa programmation ayant été bousculée, comme tant d'autres, par la pandémie de Covid-19, elle n’est pour l’heure pas accessible au grand public mais son terme a été repoussé à fin octobre 2021 dans l’espoir que les musées rouvrent d'ici là.

En attendant, le Muséum a mis en ligne, sur un espace de son , quantité de contenus relatifs à l’exposition et à son thème. Un en forme de parcours interactif lui sert de prolongement. Il décortique l'univers de quatre sorcières pour expliquer les origines des accessoires et de l’imagerie qui leurs sont associés (plantes, pierres, bestiaire).

Déconstruction d'un décorum pittoresque

C’est exactement l’enjeu de l’exposition elle-même. Car si celle-ci débute par un décorum pittoresque, c’est pour mieux le déconstruire et l’expliquer tout au long du parcours. "Magies Sorcelleries" est en effet une exploration des liens entre croyances, religions et sciences, domaines qui n’ont rien d’étanches. “Le Muséum a proposé d’intégrer cette question de la magie dans l’histoire et la construction des connaissances, explique Gaëlle Cap-Jedikian, cheffe de projet au Muséum. Parce que la magie n’est pas si loin de la science et parce qu’elle convoque deux thématiques : le croire et le savoir. Elle soulève des questions quant à notre rapport à la vérité.”

Dans une scénographie sobre tout en cloison et mobilier d’un noir profond, l’exposition aborde son sujet sous à peu près tous les angles, toutes les époques et dans toutes les cultures. La forêt se retrouve dans les contes et récits un peu partout dans le monde, comme le loup, les cycles de la Lune ou le rapport aux astres, qui relève d’une vol[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi