Maghreb : les amours contrariées d’Erdogan

·1 min de lecture
Un moment, la Turquie d'Erdogan a imaginé alors que Tunis allait tomber aisément dans son escarcelle de pensées. Ici, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, en août 2018.
Un moment, la Turquie d'Erdogan a imaginé alors que Tunis allait tomber aisément dans son escarcelle de pensées. Ici, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le leader d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, en août 2018.

Il n?est pas avare en visites officielles, Recep Tayyip Erdogan. S?il a raté le coche du Printemps arabe, il a consacré une grande énergie à tenter de le rattraper, le récupérer à son compte. L?étendard de l?islam politique a arpenté le Maghreb de long en large, écumant les capitales et leurs nouvelles élites dirigeantes. Tout a commencé par un fiasco. Ankara, tout autant que Paris & Co, ne détecte pas les révoltes populaires de l?hiver 2010-2011. Jusque dans les derniers jours de la chute de Ben Ali, on ne comprend pas, on ne voit pas. Quand l?Égypte succombe à son tour, puis la Libye, un jeu de dominos étalé sur quelques semaines, le raïs du Bosphore décide de pousser ses pions, théorise une reprise en main idéologique. Une occasion unique d?étendre l?empire, une version ottomane 2.0. L?homme est à l?époque encore populaire en son pays. Au menu des ambitions : religion, souverainisme et démocratie. Les peuples du Maghreb veulent la liberté ? Alors Ankara sera leur porte-parole, la maison mère, le refuge avec le Qatar pour banquier. Problème : les peuples ont une mémoire. Si la Turquie a voulu endosser hâtivement le mouvement du Printemps arabe, difficile de faire oublier les mamours commerciaux avec le colonel Kadhafi.

À LIRE AUSSIErdogan, pyromane de la Méditerranée

Love story avec le colonel Kadhafi

En novembre 2009, le monde arabe, de Rabat jusqu'aux émirats du Golfe, vit sous la même latitude : autocratie ou dictature. À Tripoli, Erdogan débarque en for [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles