Nouveau nom et nouvel album : le groupe Fauve devient Magenta et revient sur le devant de la scène

Yann Bertrand
·1 min de lecture

C'est comme un souvenir d'un paradis perdu ; quand on a connu l'ivresse des concerts enfiévrés qui se prolongent, "ça manque ces petits instants de vie où tu rencontres des gens, tu vas vers l'inconnu". Comme à l'époque de Fauve, Magenta est un collectif dans lequel chacun s'exprime pour le groupe, sans s'afficher. Et sur ce point ils sont tous raccords : "C'est nul de sortir un album sans live."

"Notre musique a une vocation corporelle, et j'ai l'impression qu'on part à la guerre avec un lance-pierres au lieu d'un fusil."

Magenta

à franceinfo

Magenta est un peu tout ce que Fauve n'était pas : beaucoup moins bavard, beaucoup plus électronique, fait de boucles et de transes. Il y a même du chant qui traverse le disque de part en part, avec une tonalité qu'on ne soupçonnait pas.

Des boucles et du recul

Retour en arrière. En septembre 2015, Fauve s'arrête, après deux albums et des tournées triomphales, dont notamment une série incroyable de vingt Bataclan en trois mois. Et dès les derniers concerts, l'électronique est arrivée dans le groupe.

"La fin du précédent projet arrivant, et pour combler un vide, on s'est fondu dans les machines, les boucles, pour s'éloigner de ce truc hyper impudique et basé sur le texte qui commençait à nous fatiguer."

Magenta

à franceinfo

Et donc, Magenta a pris le contre-pied, moins cérébral et plus organique. Les textes se sont enrichis par endroits des nombreux malheurs du monde mais il a donc fallu plus de cinq ans pour arriver à ce premier album (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi