Les magasins Mim entre sursis et survie

Libération.fr

Encore une minute, monsieur le bourreau. Les salariés de la chaîne de magasins de vêtements Mim tentent l’opération de la dernière chance pour sauver les 158 boutiques et les 791 emplois attachés à leur enseigne. Le 28 mars, le tribunal de commerce de Bobigny liquide partiellement l’entreprise, qui accuse une dette de 60 millions d’euros pour moins de 150 millions de chiffre d’affaires. Seuls 71 magasins et 287 emplois sont alors repris par un tandem formé par le groupe suisse Tally Weijl, associé au français Etam. Pour tous les autres, le couperet aurait dû tomber mercredi.

Entre-temps, plusieurs salariés, accompagnés du directeur des ressources humaines, se sont mis à plancher sur un projet de reprise de l’entreprise sous forme de société coopérative ouvrière (Scop). Un statut qui permet aux salariés d’être à la fois actionnaires et gestionnaires de leur outil de travail. «Nous avons travaillé sur un modèle économique. Une partie des salariés a dit banco et dans la foulée, nous avons pris rendez vos avec le ministère du Travail et celui des Finances», résume Michaël Gharbi, délégué Unsa de l’entreprise.

A Bercy, où l’on veut laisser toutes ses chances au dossier, un mail est expédié illico au tribunal de commerce pour lui demander de regarder avec bienveillance cette initiative de la dernière chance. Mais les magistrats commencent par faire la grimace. A tel point que le secrétaire d’Etat à l’Industrie, Christophe Sirugue, est obligé de se fendre d’une lettre officielle dans laquelle il indique que l’Etat est prêt à accorder un prêt de 5,6 millions d’euros à cette initiative. Une somme nécessaire pour amorcer le projet qui prévoit la reprise de 135 magasins sur 158 et 650 salariés sur les 791 que concerne la liquidation.

Le tribunal de commerce de Bobigny, qui devait se prononcer mercredi sur un délai de trois semaines pour laisser aux salariés le temps de peaufiner leur projet, a renvoyé sa décision à la semaine prochaine. D’ici là, les salariés vont s’atteler à (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Engie restructure ses fonctions support: plus de 600 salariés impactés
Les magasins Mim entre survie et sursis
Née au siècle de Louis XIV, Saint-Gobain s'offre une tour vitrine pour celui qui vient
Mastodon : un autre Twitter est possible
Opération vérification sur l’étiquetage des plats préparés

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages