"La mafia de la cybercriminalité propose des salaires élevés aux personnes en sortie d'école"

franceinfo
"La mafia de la cybercriminalité propose des salaires élevés aux personnes en sortie d'école"

Une nouvelle cyberattaque a semé la panique partout dans le monde, mardi 27 juin. Des multinationales ont été touchées mais aussi des entreprises et des administrations françaises.

Gérôme Billois, expert en cybersécurité, est l'invité de Julien Benedetto, mercredi 28 juin, sur Franceinfo.

Alors qu'est-ce que ce virus informatique? "On parle d'un ransomware. C'est un virus qui va arriver sur un PC, qui va le bloquer, qui va rendre inaccessible toutes les données et ça va vous demander une rançon. Pour 300 dollars, ça promet de récupérer vos données", explique Gérôme Billois.

Cybercriminel, leur premier job

Quant à la localisation de la source de l'attaque, "sur Internet c'est très facile de masquer ses traces. On peut rebondir de pays en pays, on peut changer la langue de son ordinateur, on peut utiliser des outils d'attaque qui ont été volés à d'autres groupes avant. A l'heure où l'on se parle, l'attaque a un peu plus de 24 heures, donc on n'a pas tout le recul. On sait que ça a démarré en Ukraine, mais il faut attendre pour avoir des pistes sérieuses sur cette attribution", affirme-t-il.

Il existe des foyers de cybercriminalité, une véritable mafia. "Dans le monde, il y a plusieurs endroits connus pour abriter un écosystème de la cybercriminalité. L'Europe de l'Est en est un. Dans un certain nombre de pays vous avez des personnes, des groupes qui se rencontrent. En Europe de l'Est, le niveau d'études est élevé mais les niveaux de revenus sont faibles. La mafia a vu l'intérêt de se lancer dans la cybercriminalité et va proposer des salaires élevés aux personnes en sortie d'école".



Retrouvez cet article sur Francetv info

"Ces cyberattaques contribuent à faire de la pédagogie"
Une inquiétante nouvelle cyberattaque
Donald Trump pris en flagrant délit de tromperie
Publicité de Gifi jugée sexiste et grossophobe : "On n'a pas piégé Loana", se défend Benjamin Castaldi
VIDEO. Quand la télévision de 1947 imaginait déjà l'iPhone et les autres portables