Mads Mikkelsen nous raconte le tournage d'Arctic: "C'était l'enfer"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Qu’il torture un James Bond nu ou mange des être humains dans la série Hannibal, l’acteur danois Mads Mikkelsen collectionne à l’écran les scènes mémorables de souffrance physique. À 53 ans, il se retrouve à l’affiche de ce qui semble être son premier feel good movie.

Dans Arctic, premier long-métrage de Joe Penna, il incarne Overgård, un homme traversant seul les étendues glacées du Pôle Nord pour sauver une femme blessée dans un accident d'hélicoptère. Chose rare dans sa carrière, il n’inspire ni la peur ou l’effroi, mais du courage et de l’espoir.

"J’ai fait beaucoup de films qui parlent d’espoir. Je pense que Pusher II [qui raconte l’histoire de Tony, un petit criminel de Copenhague, NDLR] en est un bien qu’il soit accablant. Dans le monde actuel, il suffit d’avoir un peu d’espoir pour que notre horizon s’ouvre. Arctic parle d’espoir, mais surtout d’humanité. Vous pouvez vivre et être courageux si quelqu’un vous prend la main. Vous pouvez vous permettre de vous laisser aller et d’être faible si quelqu’un vous prend la main. Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas vivre seul et devez être accompagné pour être un individu."

Repousser ses limites, affronter la mort

Interprétant comme à son habitude un homme sans passé et taiseux, il s’occupe de la femme blessée en lui demandant régulièrement de d'attraper sa main et de la serrer pour...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles