Madison Cox, héritier de la légende Saint Laurent

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Il veille sur le temple comme le jardinier sur ses bourgeons. « Avec Yves, Madison aura été la relation la plus importante de ma vie », a écrit Pierre Bergé. En mars2017, cinq mois avant sa mort, l’homme d’affaires épousait son ancien amant californien, le désignant comme légataire. Depuis, le talentueux paysagiste a prouvé qu’il savait s’affranchir. À la tête de la Fondation Pierre Bergé-Yves-Saint-Laurent, il s’est lancé dans la bataille capitalistique du journal « Le Monde », dont Pierre Bergé était actionnaire. Il évoque pour la première fois ses années passées aux côtés du couple flamboyant.

Longtemps, il n’eut droit qu’à des regards méprisants. Et ce sobriquet dont le Tout-Paris se délectait, «le jardinier de Pierre Bergé », puisqu’il fleurissait si bien ses propriétés. Son nom, Madison Cox, venu de San Francisco, amplifiait les fantasmes. Pierre Bergé laissait dire, ravi, lui qui eut tant de vies, séduisit à 20 ans Bernard Buffet puis Yves Saint Laurent, avec lequel il bâtit un temple du style tout en accumulant les œuvres, les amants, les causes – SOS racisme, pour son ami Mitterrand, le Sidaction –, les affaires dans l’art, le luxe, la presse, jusqu’à devenir actionnaire du «Monde». Ce vorace au grand cœur s’est toujours entouré d’une cour de jolis garçons et «Madison», comme il l’appelait, ne semblait pas différent des autres. Et pourtant… C’est lui qu’il choisit d’épouser entre deux témoins dans la petite mairie de Benerville-sur-Mer, le 31 mars 2017. Noces crépusculaires six mois avant sa mort. Dans la corbeille de mariage, un lourd et fabuleux héritage. «Le jardinier» fut soudain considéré d’un autre œil, suspicieux pour certains, qui n’hésitent pas à le comparer à «Banier » – le dandy vénal de l’affaire Bettencourt –, attendri pour ceux qui le regardent défendre l’œuvre de Saint Laurent et Bergé.

Il développe les musées qui, à Marrakech, portent leurs noms, et leur éden, le jardin Majorelle, qu’il ambitionne d’élever au rang des grands jardins botaniques, prépare activement les 60 ans de la maison de couture, programmés en janvier. À la surprise générale, il s’immisce même dans les affaires du «Monde», au prix d’une bataille judiciaire lancée en juillet 2020 avec l’aide de ses avocats et d’un communicant acéré, ancien du cabinet de Jean-Yves Le Drian, Sacha Mandel. Tous le poussent à s’exposer,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles