Madame Claude : qui était la mère maquerelle française qui a inspiré le film de Netflix ?

·1 min de lecture

Pour son nouveau film, disponible à partir de ce vendredi 2 avril sur Netflix, la réalisatrice Sylvie Verheyde s’est intéressée à un personnage sulfureux : Madame Claude, la « mère maquerelle de la République », qui dirigeait un réseau de prostituées de luxe à Paris dans les années 60-70. Incarnée à l’écran par Karole Rocher, cette femme de poigne a marqué toute une époque. Fernande Grudet, de son vrai nom, avait créé à la fin des années 50 un service de prostitution de luxe, qu’elle dirigeait par téléphone depuis son appartement de la rue de Marignan, près des Champs-Elysées. Il y a aussi eu une maison close, dans le très chic 16ème arrondissement de la capitale, où se pressait le gratin de la politique, de la finance, des médias et du show-business. Si les versions varient, il se dit que Madame Claude aurait eu à son apogée près de 500 jeunes femmes à son service. Toutes devaient respecter le cahier des charges : une beauté renversante (quitte à faire de la chirurgie esthétique), de bonnes manières, du bon goût, de la culture… Avec ses « filles », la mère maquerelle visait principalement les élites.

Bien qu’elle détestait ce surnom, Madame Claude a souvent été appelée la « maquerelle de la République ». Une manière de rappeler ses rapports avec le pouvoir, tant dans la crainte que dans la convoitise vis-à-vis des confidences sur l’oreiller de ses puissants clients. Si elle n’a jamais dévoilé les grands noms français de son carnet d’adresses, ceux de certaines personnalités étrangère (...)

Lire la suite sur le site de Voici

"C'est le bal des faux-culs !" : gros accrochage entre Isabelle Saporta et Etienne Liebig sur RMC à propos de la vaccination
The Serpent : l'incroyable histoire vraie qui a inspiré la nouvelle série Netflix
PHOTO Hugo Clément dévoile la lettre de menace qu'il a reçue d'un téléspectateur et lui répond
VIDEO Mort de Patrick Juvet : l’autopsie programmée ce vendredi 2 avril, révèle son agent
The Serpent : pourquoi Tahar Rahim a créé le malaise sur le tournage de la série Netflix