Madagascar: un voyage au coeur de la forêt Tanala avec l'écrivain Hery Mahavanona

© Laetitia Bezain/RFI

À Madagascar, « La nage du porteur de feu », c'est le titre du dernier ouvrage du poète et nouvelliste malgache Hery Mahavanona. Cet écrivain aux vies multiples, général retraité de l'armée de l'air et ancien directeur des aéroports de Madagascar, présente en ce moment à Antananarivo, à l'Institut français, ce recueil de nouvelles. Treize nouvelles qui permettent un voyage dans le pays enclavé des Tanala, peuple forestier du sud-est de Madagascar et terre natale de l'auteur.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

« Moi, je ne suis qu'un porteur de feu », écrit Hery Mahavanona en exergue de la nouvelle éponyme. Un texte qui transporte le lecteur en 1947. Dans cette région, Tanala, l'un des points de départ de l'insurrection malgache contre les colons français, le narrateur doit transmettre coûte que coûte un message aux rebelles, de l'autre côté du fleuve. Hery Mahavanona explique :

Chez nous, la nage du porteur de feu, c'est une nage qui consiste à lever un bras et ne jamais le mouiller en traversant la rivière, parce qu'en principe, on doit porter un tison de feu qu'on ne doit pas laisser tomber dans l'eau. Donc, c'est un peu une métaphore pour parler de tout ce qu'on doit faire malgré toutes les difficultés.

Une région que Hery Mahavanona célèbre, redécouvre sans cesse et fait connaître à travers le regard de l'écrivain, celui de l'enfant du pays, mais aussi avec l'œil du militaire.

La nage du porteur de feu, Hery Mahavanona, éditions Dodo Vole.


Lire la suite sur RFI