Madagascar: taxis-brousse et passagers s'inquiètent de l'état des routes à l’arrivée des pluies

© Rijasolo / AFP

Alors que la saison des pluies débute dans la Grande Île, les chauffeurs et passagers de taxis-brousse malgaches s'inquiètent. Ces minibus qui sillonnent les routes nationales pour relier les différentes régions de l'île sont les seuls moyens de transport en commun accessibles à la majorité des Malgaches. Mais sur les routes nationales qui se dégradent au fil des aléas climatiques, les conditions de voyage angoissent les usagers.

De notre correspondante à Antananarivo

À la gare routière Maki, dans le quartier Andohatapenaka, les ouvriers s'affairent à arrimer bagages et marchandises sur les galeries des taxis-brousse.

« Il y a beaucoup de portions en très mauvais état, avec des nids de poule partout, explique le chauffeur Levaly. On est obligés de rouler très lentement, mais la route abîme nos bus : les amortisseurs, les pneus, les plaquettes de frein et tout ça nous coûte très cher. »

Il faudra 12 heures à Levaly pour parcourir les 350 kilomètres qui séparent la capitale du plus grand port du pays, Tamatave, situé sur la côte Est :

La plupart des passagers ont peur parce qu'il peut y avoir des accidents. On est aussi la proie des coupeurs de route quand on roule sur des portions en mauvais état. On essaie d'être très prudents parce que c'est la vie des passagers qui est entre nos mains. On n'a jamais l'esprit tranquille quand on conduit.


Lire la suite sur RFI