Madagascar: un pas de plus vers la restitution de trois crânes malgaches par la France

La venue, sur la Grande Île, vendredi 22 et samedi 23 mars, d’une grosse délégation du ministère des Affaires étrangères français avec, dans ses valises, une lettre de la ministre de la Culture Rachida Dati, a réjoui les autorités malgaches. Explications.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

La lettre acte enfin la composition de l'équipe française à la commission mixte – une commission rendue obligatoire par le vote de la loi du 26 décembre sur la restitution des restes humains – et propose à la partie malgache une rencontre au printemps, à Paris. L’invitation a d’ores et déjà été acceptée.

Sept Malgaches et sept Français ont ainsi été sélectionnés pour former le fameux comité bilatéral en charge des discussions autour de la restitution des crânes. Parmi ces membres, on retrouve des représentants des gouvernements, bien sûr, mais aussi des représentants des institutions culturelles et muséales des deux pays, l’actuel roi sakalava Magloire – le premier à avoir réclamé, en 2003, la restitution du crâne de son ancêtre le roi Toera, décapité par l’armée coloniale française, mais aussi et surtout des historiens, comme Klara Boyer-Rossol, qui travaille sur le sujet depuis plus d’une décennie.

« Il y a déjà un travail historique et scientifique qui a été fait. Donc l’idée de cette commission, ce n'est pas de reprendre toute la question de la provenance des restes humains mais plutôt de définir ensemble les conditions de la restitution », confie Aurélien Lechevallier, directeur général de la mondialisation, de la politique culturelle et de la coopération pour la diplomatie française. « Donc, normalement, ça devrait être un processus encadré dans le temps » assure-t-il.


Lire la suite sur RFI