Madagascar: Quatre espèces de lémuriens dans la liste des primates les plus menacés

À Madagascar, quatre espèces de lémuriens ont été inscrites dans la liste des 25 espèces de primates les plus menacées au monde, selon le rapport « Primates in peril 2022-2023 ». Déforestation, charbonnage ou encore culture sur brûlis conduisent ces espèces de lémuriens, deux diurnes et deux nocturnes, dont le microcèbe de Mme Berthe, plus petit primate connu au monde, à survivre dans des lambeaux de forêts. Un isolement qui suscite une vive inquiétude, explique le Professeur Jonah Ratsimbazafy, président du Groupe d'étude et de recherche sur les primates de Madagascar et président de la Société internationale de primatologie.

RFI: Sur quels critères ces quatre espèces de lémuriens ont-elles été inscrites dans cette liste ?

Jonah Ratsimbazafy : Il y a une grande menace, que ces espèces disparaissent, si nous n'agissons pas tout de suite. Parmi ces quatre espèces, trois se trouvaient déjà dans les précédents rapports : microcebus berthae, eulemur flavifrons et lepilemur septentrionalis. Si on les retrouve encore dans cette liste cette année, c'est qu'il n'y a pas eu beaucoup d'avancement et qu'elles sont toujours en danger d'extinction. Pour le lepilemur septentrionalis, dans l'extrême nord, il ne reste que quelques dizaines d'individus. Le propithecus coquereli vient d'être inscrit. Si on regarde sa distribution à l'ouest de Madagascar, on peut penser qu'elle est encore grande, mais en réalité, on ne le trouve que dans de petits lambeaux de forêts. Si cela continue, ces populations disparaitront, même si on ne les chasse pas.

À quelles menaces sont-elles confrontées ?


Lire la suite sur RFI