Madagascar: procès de l'homme ayant fait un pouce vers le bas au cortège présidentiel

Le procès du professeur qui a tourné son pouce vers le bas lors du passage du cortège présidentiel s'est tenu ce jeudi 28 juillet dans l'après-midi au tribunal d'Anosy, à Antananarivo. L'homme de 32 ans a été arrêté jeudi 21 juillet au volant de sa voiture par la garde présidentielle en banlieue de la capitale. Ce dernier avait été enquêté par la gendarmerie et placé le lendemain en détention provisoire, avant d'être libéré sous contrôle judiciaire lundi.

Avec notre correspondant à Antananarivo, Laetitia Bezain

La charge retenue est « outrage par geste à un responsable d'institution en la personne du président de la République dans l'exercice de sa fonction ». « Êtes-vous d'accord ou non ? » demande la présidente au prévenu après lecture de ladite charge. À la barre de la très vétuste et sombre salle d'audience numéro 6, l'enseignant, vêtu de noir, répond par la négative. Ses proches assis sur les bancs des premiers rangs sont venus en nombre pour le soutenir.

Ce geste de la main, explique-t-il, il l'a fait après avoir patienté un long moment sur le bord de la route, le passage du cortège se faisant attendre. « Je présente mes excuses au président de la République Andry Nirina Rajoelina », déclare-t-il à deux reprises devant la Cour. Mais ce pouce vers le bas n'était pas destiné au chef de l'État malgache, insiste-t-il. C'est d'ailleurs lors du passage de la tête du cortège qu'il a fait ce geste, précise-t-il.

Un geste qui aurait pu détourner l'attention de la tête du cortège et causer un accident, rétorque la présidente. Le ministère public a requis une « sanction exemplaire. »

La décision de la Cour est attendue le 9 août.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles