Madagascar: près d’un million de fidèles pour la grande messe du pape François

Des centaines de milliers de fidèles ont assisté dimanche matin à la grande messe du pape François à Antananarivo, point d'orgue de sa visite à Madagascar entamée vendredi. 

C’est dans une ambiance calme et familiale que cette messe s’est déroulée, sur un site immense d’environ 60 hectares. Dans ce lieu bondé, des centaines de milliers de fidèles catholiques ont bravé le froid, le vent et la poussière. Ce dimanche matin, certains ont fait trois jours de taxi-brousse pour assister à cette messe.

Lors de son homélie, le pape François a adressé plusieurs messages à la foule. Il a d’abord parlé d’unité et conseillé de ne pas se réduire à l’appartenance à un groupe qui mène, selon lui, au clientélisme et à la corruption, un fléau que connait bien la Grande Île. « Quand la parenté devient la clé décisive et déterminante de tout ce qui est juste et bon, on finit par justifier et jusqu’à consacrer certaines pratiques qui aboutissent à la culture du privilège et de l’exclusion : favoritismes, clientélismes et par conséquent, la corruption », a dit le pape.

Le souverain pontife a également appelé à ne pas instrumentaliser le nom de Dieu pour justifier des actes de violence. Il a aussi mis en garde contre l’individualisme qui, d’après lui, est l’un des pires esclavages. François a préconisé le détachement personnel pour lutter contre les sécurités trompeuses du pouvoir et de l’argent. « Regardons autour de nous. Combien d’hommes, de femmes et de jeunes enfants souffrent et sont privés de tout ? » a-t-il lancé à la foule des Malgaches qui savent très bien de quoi il parle puisque les trois quarts d’entre eux vivent avec moins de deux dollars par jour.

Une homélie qui a touché beaucoup de fidèles interrogés sur place parce que selon eux, elle colle parfaitement aux réalités et aux problèmes que rencontre la population. « C’est un message pour les Malgaches qui sont en ce moment dans une difficulté extrême. Mais j’y vois aussi un message destiné à nos dirigeants. J’espère qu’ils vont être conscients qu’il faut changer leurs méthodes », a souligné Eric, entrepreneur. « Ce qu’il dit c’est exactement ce qui se passe à Madagascar parce qu’il parle de l’avenir des jeunes, de la protection de l’environnement et de comment améliorer la vie des Malgaches » a dit, pour sa part Clémence, enseignante.

À la rencontre des protégés du père Pedro

En début d’après-midi, le pape s’est ensuite rendu à Akamasoa, les villages du père Pedro érigés au pied de la décharge de la capitale. Sa visite a donné lieu à des scènes de liesse et de joie folle. Dix mille enfants réunis dans le grand gymnase étaient là pour l'acclamer, chanter et danser pour lui. « Ne baissez jamais les bras devant les effets néfastes de la pauvreté, ne succombez jamais aux tentations de la vie facile, ou du repli sur soi » leur a-t-il demandé. « Chers jeunes, ce travail accompli par vos aînés, c’est à vous qu'il revient de le poursuivre. »

Le pape est allé ensuite prononcer une prière pour les travailleurs, au cœur de la carrière de pierre du village. « Dieu notre père, pour ceux qui (travaillent) avec leurs mains, et avec un énorme effort physique, soigne leur corps de l’usure excessive. […] Que leur cœur ne cède pas à la haine, à la rancœur, à l’amertume devant l’injustice, mais qu’ils gardent vivant l’espérance de connaître et de travailler pour un monde meilleur. »

Ce soir, François a clôturé son séjour en terre malgache en rencontrant les prêtres, religieux et religieuses, consacrés et séminaristes. Il leur a notamment demandé de préserver la joie missionnaire malgré le poids des labeurs apostoliques.

Satisfaction de la société civile et de l'opposition

Le pape achève ainsi un voyage pontifical marqué par plusieurs discours sans détour, qui ont captivé de nombreux catholiques mais aussi la société civile, l’opposition politique et les religieux. Devant les autorités au, palais présidentiel, samedi, il a mis en garde de façon franche et simple contre la « corruption endémique » dans le pays et « les conditions de pauvreté inhumaine. »

« J’étais très heureux d’entendre son discours et ses messages de propager la paix et l’espérance, a commenté le chef de l’opposition et ancien président Marc Ravalomanana, de confession protestante, qui a assisté à la messe de dimanche. J’avais envoyé une lettre au pape en lui demandant de passer le message au Président de la République d’accepter le dialogue et de prendre en compte la situation à Madagascar et il a très bien cerné ça », indique-t-il au téléphone.

Satisfaits aussi les défenseurs des droits humains. « Il a beaucoup parlé de justice sociale, de lutte contre la corruption et de préservation de l’environnement qui sont des thèmes d’actualité ici. C’était vraiment ce qu’il fallait dire », explique Mireille Rabenoro, la présidente de la Commission nationale indépendant des droits de l’homme.

« Des messages très pertinents » pour la communauté musulmane. « Espérons que tout le monde applique ses conseils au quotidien, que ce soit au niveau du pouvoir, de la société ou des dirigeants religieux », conclut Saïd Arsène Abousoary, vice-président du Fikambanana Silamo Malagasy ou l’association des musulmans malgaches.

Le pape François s’envole lundi à l’île Maurice pour y passer la journée avant de rentrer à Madagascar et de quitter définitivement l’océan Indien, mardi.