Madagascar: des pillages à Tuléar en marge d'une manifestation étudiante

·2 min de lecture

Tuléar est secouée depuis jeudi 25 février par des manifestations étudiantes. Samedi matin, alors que les forces de l'ordre essuyaient des jets de pierres et dispersaient avec des gaz lacrymogène les étudiants qui s'étaient rassemblés dans le centre-ville pour réclamer, entre autres, le paiement de leurs bourses, des pilleurs ont profité de la confusion pour dérober les marchandises de commerçants. Dans la soirée, le ministre de la Jeunesse et des Sports et celui de l'Enseignement Technique se sont rendus sur place pour discuter avec les étudiants.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

Sur le campus de l'université, entouré de centaines d'étudiants, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Roberto Tinoka, originaire de Tuléar, a promis de satisfaire toutes leurs revendications : paiement des bourses à partir de mardi, construction de toilettes, ou encore reprise de la réhabilitation d'un bâtiment de logements universitaires.

Ce dernier a aussi indiqué qu'il parlera aux responsables du ministère de l'Enseignement Supérieur pour régler le problème de validation des diplômes de master. Des réponses qui semblent avoir apaisé les étudiants. Contactés, certains indiquent qu'ils attendent de voir des actes à partir de la semaine prochaine, sans quoi, leur mouvement de protestation continuera.

Un mouvement qui a dégénéré en émeutes samedi matin. Vendeurs de vêtements, de sandales ou encore de meubles du quartier d'Andolombazaha ont vu leurs étals et petits magasins mis à sac par des pilleurs.

« Alors que les forces de l'ordre repoussaient les étudiants vers le campus, des groupes en ont profité pour voler les commerçants. Au bout d'un moment, c'est tout le monde qui se trouvait là, de simples gens, qui ont participé au pillage », raconte un témoin. « Ils ont aussi essayé de rentrer dans un magasin de stockage de riz. Mais les gendarmes et les policiers sont arrivés. Il y a beaucoup de chômeurs ici en ce moment. Les gens ont faim », poursuit-il.

Si les forces de l'ordre, qui ont dispersé la foule et répliqué aux jets de pierres avec des gaz lacrymogènes, ne font état d'aucun blessé, trois témoins affirment avoir vu un voleur blessé au dos par une balle venant des forces de sécurité. 45 personnes ont été arrêtées, a indiqué la gendarmerie. Samedi, en fin d'après-midi, après une réunion d'urgence avec l'organe mixte de conception, le préfet de Tuléar a appelé la population au calme et a indiqué que tout rassemblement est interdit dans la ville.