Madagascar: ouverture du procès de l’assassinat du militant écologiste Henri Rakotoarisoa

L’activiste dénonçait depuis deux ans les coupes de bois illicites dans la forêt primaire proche de Moramanga, sur les Hautes-Terres. Il avait été retrouvé mains liées, le cœur et la gorge transpercés.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Lundi matin, à 9h, la juge d’instruction a accueilli dans son bureau du tribunal de première instance d’Ambatolampy la veuve et le fils d’Henri Rakotoarisoa, militant écologiste de 70 ans, assassiné sauvagement le 1er juin dernier. « La famille est dévastée. Elle croyait avoir fait du bien à la communauté [en tentant de protéger la forêt] ; or en retour, la communauté a assassiné son père et mari », raconte Maître Mamy Raharimanantsoa, l’avocate de la famille du défunt.

La première journée du procès a démarré par une « enquête » menée par la juge d’instruction.

La famille du défunt et certains des 35 accusés ont commencé à être auditionnés. La juge a procédé à une confrontation entre un témoin à charge et plusieurs suspects. « Est-ce que vous confirmez que c’est bien l’accusé qui était présent sur le lieu du crime ? Le témoin a déclaré que oui. Il a bien vu certains des accusés sur le lieu du crime. Certains ont nié. Mais ceux qui sont déjà placés sous mandat de dépôt ont avoué leur crime », explique l'avocate.

► À relire : Un militant écologiste sauvagement assassiné à Madagascar

Henri Rakotoarisoa, « martyre » de la protection de l'environnement


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles