Madagascar: le match des Barea contre le Bénin privé de spectateurs

·3 min de lecture

Dans une lettre adressée à la Fédération malgache de football qui a fuité sur les réseaux sociaux vendredi après midi, la Confédération africaine de football (CAF) a indiqué que, pour la première rencontre des éliminatoires pour la coupe du monde 2022 à Madagascar, le match des Barea du jeudi 2 septembre face au Bénin devra se tenir sans spectateurs.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laure Verneau

Si les protocoles de la FIFA exigent que les matchs se tiennent tous à huis clos, dans le contexte de pandémie de Covid-19, précise le directeur du développement de la CAF Raul Chipenda, celui-ci ajoute que la demande avait été tout de même examinée « du point de vue médical, de la conformité aux exigences du stade et de la sûreté et sécurité du site ». Verdict : à moins d'une semaine du match, les spectateurs ne seront pas autorisés.

La sécurité du stade mise en cause

C’est donc la douche froide pour les autorités malgaches. La présidence avait d'ores et déjà annoncé cette semaine 20 000 spectateurs pour une entrée gratuite au match des Barea jeudi prochain : 12 000 places gratuites pour le grand public et 8000 invités - soit la moitié de l’effectif du stade en raison des mesures sanitaires.

L’inauguration officielle du stade devait avoir lieu avant le match, prévu à 19 heures. Achevé à 80% en juin, le stade Barea avait déjà accueilli les festivités des 60 ans de l’indépendance du pays.

Jocelyn Razafimamonjy est membre du comité exécutif de la Fédération malgache de football. Il explique que l’organisation a fait une demande de reconsidération samedi matin auprès de la Confédération africaine de football et de la FIFA. Les raisons sanitaires ne sont pas suffisantes pour interdire le match au public d’après lui, car l’épidémie de Covid à Madagascar est maîtrisée, et la FMF avait préparé le nécessaire en termes de précaution (masques, gels hydroalcooliques...). Il réfute en outre les défaillances de sécurité du stade. Pour lui, les motifs du huis clos sont uniquement sanitaires.

Pourtant, la lettre est sans ambiguïté : elle met bien en cause le manque de conformité du bâtiment.

Est-ce que les autorités malgaches vont se plier à la décision de l’instance africaine et risquer des sanctions disciplinaires ? La date du match sera-t-elle modifiée ? Quelle sera la réponse du Caire face à la demande de la FMF ? Samedi matin, des centaines de supporters faisaient la queue pour récupérer leurs tickets gratuits pour le match de jeudi.

Des travaux pourtant coûteux

Cette interdiction de la CAF tombe mal : les travaux du stade, commencés en 2020, se sont finis il y a quelques jours à peine. D'autant plus que ces rénovations ont été controversées. Réalisées par l'entreprise chinoise China State Construction Overseas Development (CSCOD), elles ont coûté 77 millions de dollars en fonds propres à l’État malgache. Un coût exorbitant avait estimé à l'époque la société civile, alors que la capitale souffre entre autres de régulières coupures d'eau et délestages en raison d'infrastructures vétustes. Le coût des travaux avait été annoncé par le secrétaire général de la présidence, Valéry Ramonjavelo, en janvier 2020 lors d'une conférence de presse. Le but était de faire de ce stade 100% malgache, une « fierté nationale » - de stade Mahamasina, il a été rebaptisé pour l'occasion stade Barea.

Hony Radert, la secrétaire générale du Collectif des citoyens et des organisations citoyennes (CCOC), une organisation de la société civile, explique qu'« au niveau du CCOC, nous avons régulièrement questionné la priorité de consacrer une somme importante en ressources propres internes dans la construction de ce stade. »

Pour Eric Rabesandratana, le sélectionneur des Barea, le manque de public risque d’impacter la performance des Malgaches. « Quand vous avez vos supporters, vous êtes capables de vous transcender et de réaliser des performances sportives complètement différentes, donc l'importance du public est réelle. On va essayer de faire abstraction et de se préparer autrement mais c'est sûr que c'est un handicap. »

Le stade a souvent été critiqué pour son manque de mise aux normes, entre autres : ses entrées trop étroites pour la foule. Il a déjà connu trois bousculades mortelles. En septembre 2018, pendant le match de qualification Madagascar-Sénégal pour la CAN 2019, un mouvement de foule à l'entrée, avant le coup d'envoi, fait au moins 1 mort et 37 blessés. Le 26 juin 2019, jour de la fête nationale, une autre bousculade a causé la mort de 17 personnes, dont une majorité d’adolescents de moins de 15 ans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles