Madagascar: l'exonération de taxes pour l'importation d'animaux «d'attraction» suscite la controverse

© Laetitia Bezain/RFI

À Madagascar, une déclaration du président de la République suscite de nombreuses réactions. Lors du forum des investisseurs pour l'émergence de Madagascar, ce week-end, Andry Rajoelina a annoncé l'exonération de taxes pour les investisseurs qui souhaiteraient, notamment, importer des animaux tels que des girafes, des zèbres ou encore des éléphants, pour développer le tourisme de safari.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

Alors que la Grande Île possède une faune et une flore à 80 % endémique qu'elle peine à protéger, cette incitative pour attirer les investisseurs ne fait pas l'unanimité.

« Quand on regarde le dessin animé ‘Madagascar’ qui a fait la promotion de Madagascar, on trouve des girafes, des zèbres, mais malheureusement, il n'y a pas de girafes, il n'y a pas de zèbres, il n'y a pas d'éléphants, ici à Madagascar. C'est pour cette raison que l'on s'est dit que, dans les sites et les aires protégées, nous allons ériger et faire appel aux investisseurs à construire des hôtels écolodges 5 étoiles et que nous voulons voir des girafes, des zèbres, des éléphants et beaucoup d'autres animaux », a déclaré Andry Rajoelina.

Connue pour sa centaine d'espèces de lémuriens dont la majorité est en danger d'extinction, ses fossas, ses tortues étoilées ou encore le passage des baleines à bosse et des requins baleines dans ses eaux, le défi de la Grande Île « n'est pas d'importer des animaux exotiques qui pourraient attirer les touristes, mais justement de miser sur sa biodiversité unique et de la valoriser », explique Ndranto Razakamanarina, président de l'Alliance Voahary Gasy,


Lire la suite sur RFI