Madagascar: l’ex-président du Sénat Rivo Rakotovao devant la justice pour corruption

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’ex-président du Sénat de Madagascar, Rivo Rakotovao a été convoqué par lundi 13 juin par le Bureau indépendant de Lutte Anticorruption (Bianco), pour une suspicion de corruption, de détournements de fonds publics et d'abus de fonction. Des faits qui remontent à 2019, lorsqu’il était à la tête de la chambre haute. L’actuel président du parti HVM, le parti de l’ex-président, a été auditionné pendant plus de trois heures : c’est la première fois qu'un chef d'institution fait l'objet d'une enquête.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tetaud

C’est une plainte anonyme au sujet du versement d’une prime au personnel et aux élus du Sénat en 2019 qui a conduit aux investigations du Bianco. Rivo Rakotovao, alors président de l’institution, le confirme :

« On a distribué des primes de fin d’année à tout le personnel : du président du sénat jusqu’au plus petit poste, et ce au prorata, tout en respectant les textes et les lois en vigueur. »

Des sommes, pour certains sénateurs, parfois exorbitantes. D’autant qu’à cette époque, rappelle l’intéressé, les relations entre le Sénat et le ministère des Finances sont très tendues : Les budgets sont gelés, le Président Andry Rajoelina souhaite diviser par trois le nombre de sénateurs - le sénat est acquis à son rival et prédécesseur Hery Rajaonarimampianina.

Pourtant, le Trésor signe visiblement les visas de paiement des primes, une preuve pour Rivo Rakotovao de la légalité du versement de ces primes.

L’enquête se poursuit, d’autres ex-sénateurs pourraient être entendus prochainement.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles