Madagascar: la grogne des enseignants face au retard des primes de correction du CEPE

Plus d’un demi-million d’enfants ont passé mardi 21 juin l’examen national du CEPE, le Certificat d’études primaires élémentaires, qui conditionne le passage des écoliers en classe de collège. Il s’agit de l’examen qui enregistre le plus grand nombre de candidats sur la Grande Île. Pourtant, malgré son importance, chaque année le gouvernement impose à ses enseignants le même scénario, si bien que le retard du paiement des indemnités de corrections se compte désormais en années.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

La sonnerie du collège d’Avaradoha retentit, laissant sortir une nuée d’écoliers, heureux de clôturer cette journée marathon, où ils ont enchainé sept épreuves. « Même si certaines questions étaient très inattendues, j’ai trouvé ça facile. Surtout les épreuves d’opérations, de problèmes, de malgache et d’histoire. C’est sûr qu’on va réussir l’examen… Si Jésus le veut ! », raconte Finoana, 11 ans.

À ses côtés, Karel, 10 ans, montre moins d’enthousiasme. « J’ai appris mes leçons hier soir et ce matin, j’ai essayé de mettre de l’ordre dans mon cerveau. Mais j’ai eu la boule au ventre toute la journée. Maintenant, j’ai hâte que les résultats sortent ! »

Les résultats, d’après le ministère de l’Enseignement supérieur, devraient être publiés d'ici à 10 jours. Les enseignants sont donc encouragés à rapidement corriger les copies. Un devoir auquel va s’astreindre cette professeure de français, pourtant agacée par les trois années de retard de paiement d’indemnités.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles