Madagascar: la filière vanille au cœur d'un atelier de concertation dans la capitale

A Madagascar, la filière vanille est l'objet d'un atelier dans la capitale Antananarivo. La plateforme de la société civile Rohy qui regroupe 500 organisations dans toute l'île, a rassemblé les différents acteurs du secteur, pendant deux jours. Sur la Grande Île, première productrice de vanille dans le monde, la filière fait vivre près de 80 000 familles et représente 25 % des exportations. Pourtant, elle profite encore peu aux communautés de base.

avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

Le ministère du Commerce a mis en oeuvre plusieurs mesures pour stabiliser cette filière avec, entre autres, un prix minimum à l'achat de la vanille verte pour assurer un revenu juste aux agriculteurs.

Cependant, sur le terrain, ce prix n'est pas toujours appliqué, nous explique Roderic Andrianalison, planteur à Marofiniritra, localité du district d'Antalaha, dans le nord-est de l'île: « Le prix fixé par l'Etat c'est 75 000 ariary le kilo mais en réalité on le vend à 45 000 ariary. L'offre est supérieure à la demande. Cela nous met dans une grande difficulté parce que notre vie repose sur la vente de vanille, pour pouvoir envoyer les enfants à l'école, payer les frais de santé ou encore les produits de première nécessité. »

La baisse du prix du kilo de vanille, ces trois dernières années, a eu de lourdes conséquences pour les paysans et ce, d'autant plus que le coût de la vie n'a cessé d'augmenter.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles