Madagascar: corruption et trafic mettent en danger la tortue étoilée, une espèce en danger

À Madagascar, l’association Transparency International a fait, à l’occasion d’un atelier, ses propositions pour lutter contre le trafic des tortues étoilées ou radiées et la corruption qui y est liée. Ces tortues sont une espèce endémique du sud de l’île, l’une des plus menacées au monde. Elles sont classées « en danger critique d'extinction » sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 2008.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laure Verneau

Après sept mois d’enquête, 24 risques de corruption ont été identifiés sur toute la chaîne de valeur de la tortue radiée. Pour Fara Andriamparany, chargée de projets Environnement à Transparency International, du braconnage en passant par le transport ou même la traduction des trafiquants au tribunal, la corruption est présente à chaque étape, et souvent jusqu’à la transmission des tortues saisies à la justice. « C’est ce qui nuit à leur conservation », ajoute-t-elle.

Les pots de vins, le trafic d’influence, les abus de pouvoir sont les actes les plus répertoriés par l’enquête. Les tortues radiées juvéniles sont prisées pour la domestication et la médecine dans le sud de Madagascar, d’où les bêtes sont originaires. On consomme leur viande dans certaines zones.

Un risque de disparition d'ici 5 à 10 ans

Autrefois très abondante, elle se fait maintenant beaucoup plus rare. Pour Fara Andriamparany, il faut pouvoir tracer numériquement les bêtes et établir un double contrôle à chaque étape, par deux entités différentes, ainsi qu'obliger à un rapport systématique pour éviter ces risques de corruption.


Lire la suite sur RFI