Madagascar: les communautés locales s'engagent pour la protection de l'environnement

© RFI/Laetitia Bezain

Une cinquantaine d'organisations de la société civile se sont rassemblées dans la capitale malgache, Antananarivo, pendant trois jours. Venues des quatre coins de l'île, ces dernières organisent un forum sur la gestion durable des ressources naturelles et la défense des droits humains. L'occasion d'entendre les voix des femmes et des hommes des communautés locales de base qui se battent au quotidien pour protéger les ressources naturelles de l'île et pour restaurer forêts et mangroves.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

Dans les allées du forum, le rôle capital des VOI (Volondron'Olona Ifotony) est mis en lumière. Ces associations de membres des communautés locales sont engagées dans la protection des ressources naturelles qui les entourent. Une lutte contre la destruction de l'environnement avec souvent peu de moyens, témoigne Tombozoky Jaoriziky, 29 ans, patrouilleur dans le parc de Nosy Hara, au large de la côte nord-ouest de Madagascar. « On protège ces espèces que vous voyez là : les tortues de mer, les oiseaux comme les aigles pêcheurs et les sternes. On protège aussi leurs œufs. On veille à ce que l'interdiction de pêche soit respectée quand ce n'est plus la période. Mais c'est un travail très difficile. Nous utilisons un petit bateau à moteur alors que les malfaiteurs ont du matériel sophistiqué. Leur réseau est très fort. On reçoit souvent des menaces et la valeur de notre travail manque parfois de reconnaissance. »

Militants écologiques en danger

Une loi sur la protection des défenseurs des droits humains et des lanceurs d'alerte dont l'adoption est réclamée depuis plusieurs mois par la société civile.


Lire la suite sur RFI