Madagascar: des alternatives durables à la surpêche à la Foire des produits halieutiques

À Madagascar, les acteurs du secteur de la pêche à Antananarivo se sont réunis pendant trois jours pour la Foire des produits halieutiques, organisée du 15 au 17 septembre par le ministère de la Pêche et de l'Économie bleue. Depuis jeudi, associations de pêcheurs, entreprises de collecte, organisations d'appui à la filière venues de toute l'île se sont réunies au stade de Mahamasina dans le centre de la capitale. Avec ses 5 600 kilomètres de côtes, Madagascar dispose de ressources marines et côtières importantes mais est aussi confrontée à la surpêche. L'occasion - lors de ce rendez-vous - de présenter des alternatives durables.

Avec notre correspondante à Madagascar, Laetitia Bezain

Poissons et poulpes séchés, crabes mais aussi de petites algues rouges garnissent les stands de la Foire des produits halieutiques. Des algues cultivées par des pêcheurs du district de Tulear II, sur la côte sud-ouest de Madagascar, détaille Jean Bosco, vice président de l'association Soariake qui regroupe six villages : « On devait aller de plus en plus loin pour pêcher parce qu'on ne trouvait plus de poissons. C'est pour ça qu'on s'est lancé dans l'algoculture. Si je pêche encore aujourd'hui, c'est juste pour manger. Maintenant mon travail c'est la culture d'algues. L'algoculture a un impact direct dans nos foyers. ça permet d'envoyer nos enfants à l'école. J'ai environ 600 pieds d'algues et je gagne chaque mois au minimum 400 000 ariary. L'algoculture protège aussi la biodiversité. Les poissons pondent sous nos algues. On trouve aussi des poulpes dedans. »

Améliorer son revenu


Lire la suite sur RFI