Macron VS Fillon La CULTURE FRANçAISE Les duels du débat Le Pen VS Fillon La sortie de l’euro LE PEN Vs Mélenchon LE DROIT DU SOL HAMON VS Mélenchon L’Union européenne Hamon VS Macron L’école HAMON Vs Fillon Les Fonctionnaires LE PEN Vs MACRON LE LIBRE ECHANGE

Libération.fr

Europe, identité, éducation... «Libération» a relevé sept points de crispations entre les candidats qui vont sans doute être évoqués ce lundi soir sur le plateau de TF1.

La formule a été tellement rodée en meeting que l’on peut s’attendre à ce que le socialiste la ressorte ce lundi soir. «Il va falloir que ceux qui disent qu’on va faire 500 000 fonctionnaires en moins […] même 120 000 en moins, et pour l’essentiel en disant qu’on va faire des profs en plus, des policiers en plus, des militaires en plus, pas d’infirmières et d’aides soignantes dans la fonction hospitalière en moins. […] Où va-t-on organiser ces suppressions d’emploi La question qu’il pose à François Fillon brûle les lèvres d’un Benoît Hamon qui trouve là un beau marqueur de clivage gauche-droite : la défense des fonctionnaires et du service public.

De quoi, aussi, loger à la même enseigne Fillon et Macron, ce dernier affichant l’objectif de 120 000 suppressions de postes. «Il va falloir dire […] quels sont les services publics, les métiers, les postes où les coupes vont s’organiser : à la cantine centrale ? A la crèche ? Dans l’Ehpad [Etablissement pour personnes âgées dépendantes, ndlr] géré par un département ou une municipalité ?» insiste Hamon, par exemple, début mars devant l’Assemblée des départements de France. Fillon, lui, se refusera bien entendu à détailler où il compte effectuer ses coupes, préférant dire que l’on peut supprimer des tâches administratives et «simplifier la bureaucratie».

Il devrait aussi s’efforcer d’édulcorer son chiffre de 500 000 en le traduisant par un «8 % sur cinq ans des effectifs de l’ensemble des fonctions publiques, c’est-à-dire 1,5 % par an». Mais sur les salaires, il va maintenir le flou : les fonctionnaires passeraient aux 39 heures, sans obtenir une compensation salariale équivalente.

L’euro ? N’y a-t-il plus que cela pour les séparer ? Plutôt que sur son discours en matière d’identité et d’immigration, c’est sur les sujets économiques que la droite concentre (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Cinq ans après Merah, «la République n’oublie pas»
Contre les violences policières, une manif, plusieurs familles
Site de rencontres
ETA : l’appel des Basques à Paris
C’est parti

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages