Macron et de Villiers: Il y a "clivage sur quantité de sujets", assure Bruno Roger-Petit

1 / 2

Macron et de Villiers: Il y a "clivage sur quantité de sujets", assure Bruno Roger-Petit

Le porte-parole de l’Élysée évoque pour BFMTV les rapports chaleureux qu’entretiennent le chef de l’État et Philippe de Villiers. Et balaye les préjudices potentiels que pourraient avoir les positions radicales de ce dernier sur Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron et Philippe de Villiers, une complicité assumée qui n’empêche pas les "clivages". Le porte-parole de l’Élysée Bruno Roger-Petit rappelle les différences qui opposent les deux hommes politiques, alors qu’ils doivent à nouveau se retrouver ce mercredi en Vendée. S’il reconnaît "le partage d’une certaine vision de la France", il nuance :

"Sur quantité de sujets, notamment les sujets de société, il y a tout un tas de divergences qui sont aisément constatables. Et le dialogue, qui est réel, débouche aussi sur un constat de clivage sur quantité de sujets."

"Un message de réconciliation nationale"

Le président de la République et celui du Mouvement pour la France affichent volontiers leurs rapports chaleureux, entretenus depuis leur rencontre au restaurant La Rotonde en 2016. Celui-ci évoque par ailleurs ce mercredi une "une amitié qui est au-delà de (leurs) différences". Mais ses positions radicales, notamment sur l’islam et les racines chrétiennes de la France, peuvent-elles porter préjudice au chef de l’État ? Pas du tout, pour son porte-parole:

"Le président de la République a vocation à écouter tous les Français", estime Bruno Roger-Petit. "Quand bien même on peut constater des divergences et des clivages, on ne perd jamais son temps quand on écoute les Français."

Et d’insister: "(Emmanuel Macron entend) porter un message de réconciliation...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi