Macron testé positif au Covid-19 : quel est le protocole sanitaire à l'Élysée et au Parlement?

Hugues Garnier
·4 min de lecture

Après la contamination d'Emmanuel Macron, beaucoup s'interrogent sur le respect des règles sanitaires par les responsables politiques. Un dîner à plus de six mercredi à l'Elysée a fait vivement réagir.

Sont-ils eux aussi logés à la même enseigne? Après la contamination d'Emmanuel Macron au Covid-19, des critiques ont émergé sur le respect des recommandations sanitaires par les responsables politiques. Le chef de l'État, qui a multiplié les rencontres officielles et réunions de travail au cours de la semaine, a notamment participé à un dîner réunissant douze personnes, soit le double que ce que préconise le gouvernement pour les fêtes de fin d'année.

Une recommandation qui n'a pas été suivie par le président et ses convives alors que Le Point rapporte que le dîner a pris fin après minuit, soit pendant le couvre-feu pourtant instauré.

"Il arrive que vous deviez tenir des réunions à l'heure du déjeuner ou à l'heure du dîner et que dans ces cas-là vous vous restauriez dans ces réunions", avait expliqué jeudi Gabriel Attal sur BFMTV, réfutant au passage le terme de "dîner convivial".

Un repas qui a mis la majorité dans l'embarras et qui questionne sur les règles sanitaires qu'est tenue de respecter la classe politique dans les lieux de pouvoir pendant la pandémie.

Le Conseil des ministres dans une plus grande pièce

À l'Elysée, l'accueil des visiteurs est limité depuis longtemps déjà et les venues d'officiels se fait sous un protocole strict et sans contact très rapproché avec le chef de l'État. Le conseil des ministres, habituellement situé dans le salon Murat, se déroule désormais dans la salle des fêtes du palais, afin de respecter une distance suffisante entre chacun des membres du gouvernement.

Les collaborateurs du palais présidentiel doivent recourir autant que possible au télétravail. De même les cuisines de l'Élysée, qui gardent leurs fourneaux allumés, doivent également suivre un protocole spécifique.

Mais il arrive parfois que certaines entorses surviennent comme la poignée de main lundi entre Emmanuel Macron et le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria. Un geste qui prend une toute autre importance depuis et qualifié d'"erreur", selon les mots de l'Elysée.

Seule la moitié des députés à l'Assemblée

Au Palais-Bourbon qui abrite l'Assemblée nationale, la règle prépondérante est celle du du port du masque partout. La chambre basse a également mis en place un système semi-présentiel: un siège sur deux seulement est occupé dans l'hémicycle au cours des séances.

Même jauge pour les travaux en commission où chaque groupe doit désigner la moitié de ses membres pour participer aux réunions. Le recours à la visioconférence est vivement recommandé et aucun public n'est actuellement admis pour assister aux séances publiques.

La buvette de l'Assemblée, où les députés peuvent toujours venir se restaurer, a vu sa capacité réduite de moitié, passant de 100 à 47 places avec un mètre de distance entre chaque chaise et un nombre maximal de six personnes à table, relève Libération

"Les sites de restauration de l’Assemblée sont maintenus ouverts, conformément à la réglementation qui permet le maintien en activité des établissements relevant de la restauration collective (cantines scolaires, restaurants d’entreprise, restaurants administratifs, etc...)", précise le service de presse du Palais-Bourbon à Libération.

Le restaurant du Sénat fermé

C'est là une différence avec le Sénat, dont le restaurant est fermé depuis le 19 octobre. Le Palais du Luxembourg ne propose qu'une service de vente à emporter. Le port du masque reste là encore obligatoire, tant dans l'hémicycle qu'au cours des réunion.

La jauge des parlementaires dans ce dernier a aussi été revue à cause de la deuxième vague avec 189 places sur 348, soit un peu plus de la moitié. Le vote par délégation des sénateurs y est également recommandé, le recours au numérique plutôt qu'au papier y est privilégié et les fonctionnaires et attachés parlementaires sont en télétravail.

Quant aux visites et réceptions, elles sont ici aussi suspendues et ce, au moins jusqu'au 20 janvier prochain, prochaine étape clé dans le calendrier du déconfinement.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu pourrait également vous intéresser :