Macron temporise avant de relâcher ou resserrer les contraintes

Source AFP
·1 min de lecture
Le gouvernement surveille de près la montée des variants jugés plus contagieux, pour voir s'il peut éviter des mesures plus strictes comme un reconfinement.
Le gouvernement surveille de près la montée des variants jugés plus contagieux, pour voir s'il peut éviter des mesures plus strictes comme un reconfinement.

Face à l'évolution de l'épidémie de coronavirus en France, Emmanuel Macron estime qu'il faut « 8 à 10 jours pour voir si on resserre ou on relâche les contraintes » sanitaires, a-t-il déclaré lors d'une visioconférence avec des parlementaires de la majorité, ce vendredi 19 février, ont rapporté des participants à l'Agence France-Presse. Ces propos n'ont pas été confirmés par l'Élysée. L'exécutif surveille de près la montée des variants jugés plus contagieux, pour voir s'il peut éviter des mesures plus strictes comme un reconfinement, qui est toujours prôné par une partie des scientifiques.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé jeudi le passage de sept à dix jours de la période d'isolement pour les personnes contaminées, pour faire face aux risques posés par les variants. La progression de ces variants inquiète dans plusieurs régions, comme en Moselle, autour de Dunkerque, ou à La Réunion, pour laquelle le gouvernement a annoncé vendredi des moyens et mesures de restrictions renforcés.

Le couvre-feu à 18 heures pourrait perdurer

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a estimé vendredi « important » que le couvre-feu à 18 heures « reste en place et continue d'être respecté », car il « a permis de stabiliser la situation sanitaire ». Il n'a pas indiqué de date de fin à cette mesure. Ces derniers jours, la situation nationale s'est stabilisée à un niveau encore très haut, avec plus de 22 000 nouveaux cas confirmés dans les 24 dernières heures et [...] Lire la suite