Vers un reconfinement ? Macron s'exprimera mercredi à 20H00

·2 min de lecture

Le président de la République fera une allocution télévisée mercredi à 20H00 pour présenter de nouvelles mesures afin de faire face à la flambée de l'épidémie de Covid-19, qui pourrait aller jusqu'à un reconfinement national.

Emmanuel Macron s'adressera mercredi à 20H00 aux Français pour leur présenter un nouveau tour de vis dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19, qui pourrait aller jusqu'à un reconfinement national mais moins strict que celui du printemps. Ces nouvelles restrictions, qui s'annoncent "impopulaires", seront décidées mercredi matin au cours d'un Conseil de défense précédant le Conseil des ministres. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

Pour préparer ces annonces, les réunions se sont succédé mardi: Conseil de défense dans la matinée à l'Elysée, puis rencontres entre le Premier ministre Jean Castex avec les responsables politiques puis les partenaires sociaux pour les "consulter" sur "les durcissements envisagés". Jean Castex a expliqué aux élus que ces "nouvelles mesures" étaient "indispensables" alors que le nombre de patients en réanimation continue à grimper, augmentant la pression sur les hôpitaux.

Le signal d'alarme a été lancé lundi par le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, qui a qualifié la situation en France de "critique", avec la crainte que la deuxième vague soit "plus forte que la première". "A un moment il faut prendre des décisions dures (...) comme tous nos voisins" européens, a justifié mardi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, faisant référence aux nouvelles restrictions prévues en Italie, en Espagne ou en République tchèque.

Différents scénarios ont été évoqués, dont celui d'un reconfinement national dont l'organisation serait cependant plus souple que celui de mars puisque les écoles et les commerces resteraient ouverts, à l'image de celui imposé en Irlande. L'exécutif a également examiné l'hypothèse d'un renforcement du(...)


Lire la suite sur Paris Match