Macron s'est entretenu pour la première fois avec Biden

·2 min de lecture

"Le chef de l’Etat a félicité Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris et les a assurés de sa volonté de travailler ensemble sur les enjeux contemporains: climat, santé, lutte contre le terrorisme et défense des droits fondamentaux", a fait savoir la présidence.

Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a affirmé mardi au chef de l'Etat français Emmanuel Macron qu'il souhaitait "redynamiser les relations bilatérales et transatlantiques, notamment à travers l'Otan et l'Union européenne", souvent malmenées par Donald Trump. Lors de leur premier échange téléphonique, les deux hommes ont évoqué leur future coopération sur la lutte contre la pandémie et "la menace du changement climatique", ainsi que sur "la sécurité et le développement en Afrique", selon un communiqué publié par l'équipe de transition du démocrate.

Joe Biden a "remercié le président Macron pour ses félicitations et a exprimé son désir de renforcer les relations entre les Etats-Unis et la France, leur plus ancien allié", ont encore dit les services du futur président. Auparavant, l'Elysée avait fait état de cet appel entre les deux dirigeants, qui fait suite aux félicitations d'Emmanuel Macron intervenues samedi, dès l'annonce de la victoire de Joe Biden, et sans attendre que Donald Trump reconnaisse sa défaite.

Joe Biden a entamé ses entretiens avec les dirigeants étrangers

"Le chef de l'Etat a félicité Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris et les a assurés de sa volonté de travailler ensemble sur les enjeux contemporains: climat, santé, lutte contre le terrorisme et défense des droits fondamentaux", a fait savoir la présidence française. Emmanuel Macron, arrivé au pouvoir en 2017, n'a jamais rencontré Joe Biden, qui a été le vice-président de Barack Obama entre 2009 et 2017. Comme la plupart des autres dirigeants européens, il l'avait félicité samedi en l'appelant à agir "ensemble" pour "relever les défis d'aujourd'hui".

Tandis que l'actuel président et son opposant lors de la présidentielle Donald(...)


Lire la suite sur Paris Match