Avant Macron, de nombreux politiques français et étrangers ont été victimes d'attaques physiques

·5 min de lecture
En 2008, à Bagdad, George W. Bush a été attaqué par un journaliste irakien qui a tenté de toucher le président américain avec ses chaussures.

Si les élus ont l'habitude d'encaisser des coups politiques, ils doivent également parfois subir des coups physiques. Avant Emmanuel Macron, ils ont été nombreux à en faire les frais en France et aux quatre coins du monde. Tour d'horizon.

Ce mardi 8 juin, Emmanuel Macron a été giflé par un homme de 28 ans lors d'un déplacement à Tain-l'Hermitage (Drôme). Si le président de la République n'a pas été blessé et a pu continuer sa tournée, cette scène rappelle à quel point les personnalités politiques sont exposées à ce genre d'actes qui peuvent être dangereux. Avant Emmanuel Macron, d'autres présidents de la République et d'autres hommes politiques français et du monde entier ont été victimes d'attaques du même type, plus ou moins dangereuses. Jet d'œuf, de chaussures, de farine, tirage de costume, tentative d'assassinat... Yahoo Actualités revient sur ces épisodes qui auraient pu mal tourner.

  • Un œuf avant la gifle

Ce n'est pas la première fois qu'Emmanuel Macron est visé par une attaque lors d'une sortie public. Avant cette épisode de la gifle, celui qui n'était à l'époque que candidat à la présidentielle avait déjà reçu un œuf en pleine tête lors d'un déplacement au salon de l'agriculture en mars 2017. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • Sarkozy fortement bousculé

Lors d'un déplacement dans le Lot-et-Garonne en 2011, le président de la République de l'époque Nicolas Sarkozy avait été tiré violemment par sa veste de costume au niveau de l'épaule par un individu se trouvant derrière les barrières de sécurité. L'homme avait écopé de 6 mois de prison avec sursis, assorti d'une mise à l'épreuve de 3 ans. 

  • Farine et gifle pour Manuel Valls

Ces mésaventures n'arrivent pas qu'aux présidents de la République. Pour preuve, Manuel Valls, alors candidat à la primaire socialiste, avait été enfariné par un intermittent du spectacle de 25 ans, en décembre 2016. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À peine un mois plus tard, l'ex-Premier ministre est victime d'un autre jeune citoyen mécontent qui lui inflige une claque. Il sera condamné à 3 mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général (TIG).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • François Hollande enfariné

Alors candidat à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande est aspergé de farine par une femme lors d'un événement organisé par la Fondation Abbé Pierre, à la Porte de Versailles, à Paris. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • Coup de canne sur la tête d'Émile Loubet

Si ces attaques semblent malheureusement à la mode, elle ne datent pas d'hier. Le 4 juin 1889, le président Émile Loubet en fait les frais. Régulièrement chahuté par les anti-Dreyfusards, Loubet est victime d'une agression à l'hippodrome d'Auteuil lorsque le baron de Christiani lui assène un violent coup de canne sur son chapeau. Ce dernier écopera de 4 ans de prison mais sortira quelques mois plus tard. 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • La tentative d'assassinat contre Jacques Chirac

C'est une attaque qui aurait pu être bien plus grave que les précédentes mais qui a été évitée. Le 14 juillet 2002, lors du défilé présidentiel sur les Champs-Elysées, un homme de 25 ans nommé Maxime Brunerie tente de tirer sur le président Jacques Chirac avec une carabine 22 long rifle. Heureusement, le tir est dévié par des courageux spectateurs qui se sont jetés sur l'homme. Condamné en décembre 2004 à dix ans de réclusion criminelle, il est libéré de prison en août 2009.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • George W. Bush visé par des chaussures en Irak

Lors d'une conférence de presse à Bagdad, à quelques jours de la fin de son mandat présidentiel en 2008, George W. Bush est visé par un journaliste irakien. Mécontent des propos du président américain sur la guerre en Irak, Mountazer al-Zaïdi tente de le viser avec ses chaussures en criant en arabe : "C'est un baiser d'adieu du peuple irakien, espèce de chien". Cela sans parvenir à toucher George W. Bush. Le journaliste a par la suite été condamné à trois ans de prison, une peine réduite à un an en appel.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
  • Arnold Schwarzenegger victime d'un jet d'œuf

Emmanuel Macron n'est pas le seul à avoir été victime d'un jet d'œuf. En 2003, Arnold Schwarzenegger, qui n'était alors que candidat pour être gouverneur de Californie, a reçu un œuf sur son épaule lorsqu'il serait la main de ses supporters lors d'un meeting. Il en faut bien plus pour perturber l'acteur de Terminator qui reste de marbre et fait comme si de rien n'était et enlève sobrement sa veste.

  • Un œuf puis une bagarre en Australie

Fraser Anning, élu du Queensland (nord-est de l'Australie), a reçu un œuf en pleine tête alors qu'il donnait une interview à Melbourne en mars 2019. S'en est suivi une violente altercation physique entre ce dernier et le jeune auteur des faits, qui ont rapidement été séparés. L'élu ultra-conservateur a sans doute payé ses propos islamophobes tenus au lendemain de l'attaque terroriste de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ce contenu peut également vous intéresser :