La Nouvelle-Calédonie visée par une cyberattaque "d'une force inédite" avant l'arrivée de Macron

Les violences se sont poursuivies, mercredi, en Nouvelle-Calédonie même si un communiqué du Haut-Commissariat évoque une "nuit plus calme que la précédente" à la veille de l'arrivée sur place du président français, Emmanuel Macron. L'archipel a par ailleurs été visé par une cyberattaque "d'une force inédite" visant à "saturer le réseau calédonien".

Après plus d'une semaine d'émeutes, Emmanuel Macron est attendu, mercredi 22 mai, pour une visite surprise en Nouvelle-Calédonie avec l'objectif d'y renouer le fil du dialogue et d'accélérer le retour à l'ordre à Nouméa, où deux écoles et un concessionnaire automobile ont été incendiés pendant la nuit.

La visite du chef de l'État a été annoncée mardi en Conseil des ministres, alors que se multiplient les demandes de report du projet de loi constitutionnelle sur le corps électoral, rejeté par les indépendantistes.

Dans l'archipel, la nuit de mardi à mercredi "a été plus calme que la précédente malgré deux incendies dans l'agglomération de Nouméa", a signalé dans un communiqué le Haut-Commissariat de la République. Selon la municipalité de Nouméa, interrogée par l'AFP, deux écoles et 300 véhicules d'un concessionnaire sont notamment partis en fumée.

Emmanuel Macron, dont l'avion a décollé en début de soirée mardi selon l'Élysée, doit arriver mercredi soir ou jeudi matin (heure locale) dans l'archipel français du Pacifique sud pour y installer une "mission", a précisé la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, sans fournir plus de détail.

Envoi simultané de "millions d'emails"


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
La Nouvelle-Calédonie en proie aux blocages malgré les moyens mis en œuvre par Paris
Kanak, Caldoche, Caillou... Le lexique de la crise en Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie : Macron salue de "nets progrès", des évacuations vont commencer